🔴 Karma : Save the Children déplore la mort d’enfants dans la tuerie (Communiqué)

0
1038
A Burkina Faso soldier patrols at entrance of the Goudebo refugee camp for Malian refugees, in Dori on February 3, 2020. - More than 8 000 Malian refugees live in in the Goudebo refugee camp. (Photo by OLYMPIA DE MAISMONT / AFP) / “The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by OLYMPIA DE MAISMONT has been modified in AFP systems in the following manner: [A Burkina Faso soldier patrols at entrance of the Goudebo refugee camp for Malian refugees, in Dori on February 3, 2020. More than 8 000 Malian refugees live in in the Goudebo refugee camp.] instead of [A Burkina Faso soldier patrols at a camp sheltering Internally Displaced People (IDP) from Mali in Dori, on February 3, 2020. 600 000 Internally Displaced People (IDP) have fled recent attacks in northern Burkina.]. Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.”

L’ONG de défense des droits de l’enfant, Save the Children a interpellé mercredi, dans un communiqué, à porter une « attention particulière » au cas de tuerie d’enfants à Karma – département de Barga, province du Yatenga (Nord), une quinzaine de kilomètres de Ouahigouya – dénoncé par les ressortissants de la localité.

Selon le Procureur du Tribunal de grande instance de Ouahigouya, une soixantaine de civils ont été tués dans la localité de Karma le jeudi 20 avril. Et des enfants ferait parti des victimes de cette attaque attribuée à des hommes armées arborant des tenues des forces armées burkinabè, à en croire des ressortissants de Karma.

« Toute vie d’enfant perdue suscite en nous indignation et devoir d’interpellation. Les enfants ne doivent pas être une cible. Ils ne demandent qu’à vivre dans un environnement sûr qui leur garantit des opportunités de vivre en bonne santé, de se développer intellectuellement et d’être protégés d’abus, avec un accès libre aux services sociaux de base », a déclaré le Directeur pays de Save the Children, Benoit Delsarte, dans le communiqué.

Tout en traduisant ses condoléances aux familles éplorées et sa compassion aux blessés, Save the Children signifie qu’il est « primordial que les auteurs de tels agissements soient identifiés et tenus responsables devant les instances compétentes ».

Après l’attaque le jeudi 20 avril, plusieurs chiffres ont circulé via les réseaux sociaux allant jusqu’à 150 morts. Le Procureur du Tribunal de Grande Instance de Ouahigouya a, dans un communiqué dimanche, annoncé l’ouverture d’une enquête, en vue d’élucider ces « faits dont la gravité est avérée » et « d’interpeller toutes les personnes qui y sont impliquées ».

 

 

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire