🔮 ALERTE – Karma: L’Union europĂ©enne condamne le massacre et demande une « enquĂȘte impartiale et rigoureuse »

0
957

L’Union europĂ©enne a condamnĂ©, jeudi, les tueries de Karma – dĂ©partement de Barga, province du Yatenga (Nord), une quinzaine de kilomĂštres de Ouahigouya – ayant fait plus d’une centaine de morts, selon les ressortissants et rescapĂ©s et une soixantaine, selon le premier bilan dressĂ© par le procureur de Ouahigouya.

« L’Union europĂ©enne condamne avec fermetĂ© l’horrible massacre qui s’est dĂ©roulĂ© dans le village de Karma, province du Yatenga, le 20 avril, et qui aurait fait des dizaines de victimes civiles, y compris des femmes et des enfants », peut-on lire dans le communiquĂ©.

L’Union europĂ©enne – dans le communiquĂ© – a rappelĂ© que le meurtre de civils peut constituer un crime de guerre et a appelĂ© Ă  ce qu’une enquĂȘte impartiale et rigoureuse soit diligentĂ©e pour identifier, juger et condamner les coupables.

Le communiquĂ© poursuit que la sĂ©curitĂ© de la population et le respect des droits humains et du droit international humanitaire doivent rester au cƓur des prĂ©occupations des autoritĂ©s de transition, singuliĂšrement, note-t-il, quand il s’agit des forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© qui doivent ĂȘtre exemplaires envers la population, sans distinction aucune. 

Mercredi soir, des ressortissants ont confiĂ© Ă  OmĂ©ga que les personnes tuĂ©es seront inhumĂ©es ce jeudi dans le village. « Nous avons eu l’autorisation d’aller inhumer demain jeudi nos corps », avait dĂ©clarĂ© un ressortissant.

Depuis le massacre, pour la premiĂšre fois, des ressortissants et rescapĂ©s ont pu se rendre le mardi 25 avril Ă  Karma aprĂšs une tentative infructueuse le 24 avril. Selon leur communiquĂ©, l’armĂ©e avait bolquĂ© la route au niveau de l’axe Ouahigouya-Youba, interdisant les usagers de rejoindre Karma.

Les ressortissants ont expliqué dans leur communiqué que tout a commencé, dans la matinée du jeudi, précisément autour de 7h30mn, quand le village de Karma a été encerclé par des hommes armés venus en grand nombre et habillés en tenues militaires BurkinabÚ. « Ils étaient sur des motos, dans des véhicules (pickup et blindés) et on pouvait également apercevoir un char de combat », avait précisé le communiqué.

Les ressortissants de Karma avaient aussi dĂ©plorĂ© qu’à part le communiquĂ© du Procureur du Faso prĂšs le TGI de Ouahigouya annonçant l’ouverture d’une enquĂȘte sur ces Ă©vĂ©nements, aucune autre reaction de la part de l’autoritĂ© notamment en terme d’accompagnement n’a Ă©tĂ© enregistrĂ©e. Ils ont exigĂ© toute la lumiĂšre autour de cette affaire.

AprĂšs l’attaque le jeudi 20 avril, plusieurs chiffres ont circulĂ© via les rĂ©seaux sociaux allant jusqu’à 150 morts. Mais dimanche nuit, comme premiĂšre rĂ©action officielle, le procureur du Faso prĂšs le Tribunal de grande instance de Ouahigouya a Ă©voquĂ© une soixantaine de morts.

Selon le procureur, ces habitants ont été tués par des « personnes arborant des tenues des forces armées » BurkinabÚ.

« Mon Parquet, saisi de ces faits dont la gravitĂ© est avĂ©rĂ©e, a donnĂ© les instructions nĂ©cessaires Ă  la sous-unitĂ© d’enquĂȘte de procĂ©der Ă  tous les actes en vue de les Ă©lucider et d’interpeller toutes les personnes qui y sont impliquĂ©es », avait rassurĂ© le procureur.

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire