🔮A propos des prĂ©tendus hĂ©licoptĂšres de TaĂŻwan : Alpha Barry rĂ©pond !

0
11334

L’ancien ministre des Affaires Ă©trangĂšres Alpha Barry – dans une tribune – a rĂ©agi sur l’affaire des prĂ©tendus hĂ©licoptĂšres taĂŻwanais arrivĂ©s au port de LomĂ© au moment de la rupture des relations diplomatiques avec TaĂŻwan. Nous vous proposons in extenso la tribune.

Je pense qu’il faut du sĂ©rieux de la part de ceux qui vĂ©hiculent ce genre d’intox. D’abord, ils feraient mieux de lire la Constitution de leur pays pour comprendre de qui relĂšvent les relations extĂ©rieures. Comment on peut avoir une vue simpliste du fonctionnement de l’Etat en pensant qu’un ministre des Affaires ÉtrangĂšres peut dĂ©cider de lui-mĂȘme et Ă  lui tout seul pour se lever un beau matin, convoquer des journalistes et annoncer la fin des relations diplomatiques avec un autre État. Un État et un Gouvernement ne fonctionnent pas comme cela. Il ne faut pas Ă©taler votre mĂ©connaissance des affaires de l’Etat de cette maniĂšre. Ça vous enlĂšve tout le sĂ©rieux qu’on peut vous accorder. Mais comme vous persistez dans l’erreur et sur la personne, je me vois obligĂ© de rĂ©pondre. Sinon dans aucun pays au monde, un ministre des Affaires ÉtrangĂšres ne peut avoir ce pouvoir. Au contraire, dans tous les pays du monde, la diplomatie et la dĂ©fense sont des domaines de souverainetĂ© qui relĂšvent du Chef de l’Etat. Bref !

Sur la question de fond elle-mĂȘme, il est faux de dire qu’il y avait des hĂ©licoptĂšres de TaĂŻwan au port de LomĂ© au moment de la rupture des relations diplomatiques avec ce pays, le 18 mai 2018.
En visite fin mars 2018 au Burkina, le vice ministre taĂŻwanais des Affaires ÉtrangĂšres annonçait Ă  l’issue de son audience avec le PrĂ©sident Roch KaborĂ© une rĂ©cente dĂ©cision de son pays de faire don de 3 hĂ©licoptĂšres au Burkina. TaĂŻwan avait dĂ©jĂ  octroyĂ© en 2017 deux hĂ©licoptĂšres de type UH-1H rĂ©formĂ©s.

Et voici la phrase traduite du ministre taĂŻwanais: notre PrĂ©sidente vient de valider un autre don de 3 hĂ©licoptĂšres de mĂȘme type.
Je n’ai pas pour habitude de critiquer un don mais je suis obligĂ© de faire ici quelques remarques.
Les hĂ©licoptĂšres de type UH-1H sont une vieille gĂ©nĂ©ration d’appareils amĂ©ricains. Et ceux que nous avons reçus n’étaient pas neufs. Ils Ă©taient le fruit d’un assemblage de piĂšces et de composantes rĂ©cupĂ©rĂ©s sur des appareils hors d’usage. En français facile, c’est ce qu’on appelle des appareils rĂ©formĂ©s ou retapĂ©s. C’est pourquoi, le coĂ»t estimĂ© des deux appareils n’étaient que de 8 millions de dollars, c’est Ă  dire 4 millions chacun.
Faites vous-mĂȘme votre idĂ©e et vous comprendrez que ce n’est pas pour rien, qu’aucun de ces deux appareils n’a rĂ©sistĂ© longtemps. A moins de deux ans, aucun de ces helicos n’était en capacitĂ© de voler. Renseignez-vous auprĂšs de la base aĂ©rienne.
En plus, il s’agit d’hĂ©licoptĂšres non armĂ©s. Et le Burkina Faso n’avait pas non plus l’autorisation de les armer. Toutes nos dĂ©marches pour avoir cette autorisation de les armer ont Ă©tĂ© infructueuses.
Dans ce cas, je me demande comment on peut vaincre le terrorisme avec des hĂ©licoptĂšres non armĂ©s et qu’on ne peut pas armer.
Or, le ministre taĂŻwanais prĂ©cise bien qu’il s’agit d’hĂ©licoptĂšres de mĂȘme type qu’ils allaient donner. Allez-y chercher les archives de ses dĂ©clarations Ă  la RTB et vous aurez la preuve.

Donc si on s’en tient Ă  ces dĂ©clarations, ce sont 3 hĂ©licoptĂšres rĂ©formĂ©s (retapĂ©s) non armĂ©s que nous allions recevoir. Dans ce cas, je ne vois pas comment ces 3 appareils UH-1H pouvaient fondamentalement changer la donne sĂ©curitaire dans notre pays. Ils pouvaient ĂȘtre utiles dans des missions de reconnaissance mais pas dans le combat.
A l’issue de son audience, le vice ministre chinois a parlĂ© de concrĂ©tiser le don dans les plus brefs dĂ©lais. Il faut savoir que l’opĂ©ration des deux premiers hĂ©licoptĂšres avait pris deux ans, de 2015 Ă  2017. MĂȘme si les dĂ©lais sont raccourcis, je ne vois pas comment pour une dĂ©cision prise en mars (2018), les hĂ©licoptĂšres en question peuvent se retrouver dĂ©jĂ  au port de LomĂ© en mai (2018) soit seulement deux mois plus tard. Alors qu’il faut prendre le temps d’assembler les piĂšces, de remonter en partie les appareils, de lancer un appel d’offres pour recruter une sociĂ©tĂ© de transport et de logistique, de faire les formalitĂ©s et de les acheminer par bateau de Taipei Ă  LomĂ©. En deux mois ? Ce n’est Ă©videmment pas possible mĂȘme avec une volontĂ© d’accĂ©lĂ©rer le processus.
Donc, dire qu’il y avait des hĂ©licoptĂšres arrivĂ©s au port de LomĂ© Ă  la date du 18 mai, est une pure et grotesque invention. Ce n’est donc pas vrai.
Maintenant quant Ă  penser que la France (pays occidental) peut vous faire pression pour refuser un don de TaĂŻwan et vous pousser dans les bras de la Chine Populaire (communiste) c’est ne rien comprendre du tout Ă  la gĂ©opolitique mondiale.
Joyeuse fĂȘte de PĂąques

Alpha Barry

Laisser un commentaire