🔮 TĂ©lĂ©phonies mobiles : La tarification expliquĂ©e par l’ARCEP

0
1555

Depuis plusieurs jours, des voix s’élĂšvent sur la toile, pour dĂ©noncer la chertĂ© de la tarification des tĂ©lĂ©phonies mobiles au Burkina Faso, avec en projet, une campagne de boycott. Face Ă  cette actualitĂ©, l’autoritĂ© de rĂ©gulation des communications Ă©lectroniques et des postes (ARCEP) Ă©tait l’invitĂ©e du journal de 20h de la tĂ©lĂ©vision nationale mercredi pour donner des explications sur les rapports entre la structure et les tĂ©lĂ©phonies mobiles, ainsi que les lois qui les encadrent.

DĂšs l’entame de ses propos, Salamata Rouamba Illy, directrice de la rĂ©gulation des marchĂ©s fixes et mobiles de l’ARCEP a jugĂ© ces revendications « lĂ©gitimes ». De ses explications, il ressort que l’ARCEP veille au respect des tarifications concurrentielles, Ă  savoir le respect d’un prix uniforme pour l’ensemble des tĂ©lĂ©phonies opĂ©rant sur le sol burkinabĂš. « Il existe deux types de tarifs, Ă  savoir les tarifs de gros et les tarifs de dĂ©tails », a laissĂ© entendre Salamata Rouamba Illy, qui prĂ©cise que « le tarif de gros relĂšve de la compĂ©tence de l’ARCEP, conformĂ©ment Ă  la loi sur la concurrence, et est appliquĂ© entre deux opĂ©rateurs. Le second, Ă  savoir le tarif de dĂ©tail, appliquĂ© aux consommateurs finaux, relĂšve de la libertĂ© des opĂ©rateurs ».

NĂ©anmoins, selon la directrice, le tarif appliquĂ© aux consommateurs doit faire l’objet d’un « petit » encadrement de la part de l’ARCEP, qui veille Ă  une certaine « transparence » entre l’opĂ©rateur et les consommateurs. « L’opĂ©rateur donne le maximum d’informations concernant les offres commerciales qui sont appliquĂ©es aux consommateurs », a-t-elle indiquĂ©.

L’application de cette mesure n’est malheureusement pas totalement effective, selon Salamata Rouamba Illy, qui indique que des rĂ©flexions ont Ă©tĂ© menĂ©es dans ce sens, avec Ă  la clĂ©, des recommandations. « Il y a un foisonnement des offres de bonus de sorte que le consommateur ne se retrouve pas », a justifiĂ© la directrice de la rĂ©gulation des marchĂ©s fixes et mobiles de l’ARCEP. Elle prĂ©cise qu’un encadrement est envisagĂ©, et devrait aussi prendre en compte la problĂ©matique de l’expiration des crĂ©dits de communication.

À l’issue de cet entretien, un communiquĂ© a Ă©tĂ© rendu public par l’ARCEP, indiquant qu’une rencontre est prĂ©vue avec les directeurs gĂ©nĂ©raux des trois tĂ©lĂ©phonies mobiles ce vendredi 14 avril.

Les rĂ©centes revendications ont Ă©tĂ© suscitĂ©es par une campagne de boycott en CĂŽte d’Ivoire contre les opĂ©rateurs de tĂ©lĂ©phonie mobile, aprĂšs une augmentation de ces tarifs des donnĂ©es internet.

Abdoul Aziz Zoulabou / Oméga Médias

Laisser un commentaire