🔮 « Le Conseil Constitutionnel doit assumer son devoir d’ingratitude », BarthĂ©lemy KĂ©rĂ©, prĂ©sident

0
977

« Je jure de bien et fidĂšlement remplir mes fonctions, en toute conscience et impartialité  » : tels ont Ă©tĂ© les premiers mots du nouveau prĂ©sident du conseil constitutionnel, BarthĂ©lemy KĂ©rĂ©, investi ce mardi 11 avril, par le chef de l’État, le capitaine Ibrahim TraorĂ©.

Devant les membres du gouvernement, des chefs d’institutions et personnalitĂ©s du monde judiciaire, le dĂ©sormais ex-avocat BarthĂ©lemy KĂ©rĂ© a prĂȘtĂ© serment de toujours « garantir la constitutionnalitĂ© des lois, se conformer aux traitĂ©s et aux accords internationaux avec la Constitution, veiller Ă  la rĂ©gularitĂ© des consultations nationales, au bon fonctionnement des institutions et protĂ©ger les droits fondamentaux des citoyens« . AprĂšs son installation officielle, BarthĂ©lĂ©my KĂ©rĂ© a dit porter en mĂ©moire les soldats qui sont au front, et s’est « rĂ©voltĂ© contre les groupes terroristes, responsables de la tragĂ©die vĂ©cue par toutes ces femmes et ces hommes tombĂ©s sur le champ de bataille ».

Être Ă  la tĂȘte de la plus haute juridiction du pays, selon son premier responsable, « inspire joie et gravitĂ©, confiance et humilitĂ© », mais l’essentiel, c’est de remplir la mission. « L’atteinte des objectifs constitutionnels peut, Ă  certains moments, amener Ă  des positions qui ne sont pas celles du pouvoir exĂ©cutif, voire du pouvoir lĂ©gislatif. C’est en ce moment que le conseil constitutionnel doit assumer son devoir d’ingratitude », s’est adressĂ© BarthĂ©lĂ©my KĂ©rĂ© au chef de l’État Ibrahim TraorĂ©.

Le nouveau prĂ©sident du conseil constitutionnel rassure l’ensemble des BurkinabĂš que leur droit sera protĂ©gĂ©, car la justice est la « premiĂšre dette de la souverainetĂ© ». « Je puis vous assurer que, rendant la justice, le conseil constitutionnel s’acquittera de ses attributions, dans tous les cas, dans le strict respect de la rĂšgle de droit », a-t-il promis.

BarthĂ©lemy KĂ©rĂ© succĂšde au dĂ©funt prĂ©sident du conseil constitutionnel Kassoum Kambou, dĂ©cĂ©dé  le 19 fĂ©vrier 2022. NĂ© le 24 aoĂ»t 1958 (65 ans), BarthĂ©lĂ©my KĂ©rĂ© a occupĂ© plusieurs hautes fonctions au Burkina. Il a Ă©tĂ© ministre de la Justice sous la Transition dirigĂ©e par l’ex-Chef de l’État Paul-Henri Damiba, de janvier Ă  septembre 2022. Il a aussi Ă©tĂ© plusieurs annĂ©es durant, membre de la Commission Ă©lectorale nationale indĂ©pendante (CENI) puis prĂ©sident de la mĂȘme institution, de 2011 Ă  2014.

 

Charles Dah / Oméga Médias

Laisser un commentaire