🔮Burkina-Russie : une feuille de route Ă©laborĂ©e pour lutter contre le terrorisme

0
1988

Les relations entre Moscou et Ouagadougou se concrĂ©tisent de plus en plus. L’ambassadeur russe accrĂ©ditĂ© Ă  Ouagadougou, avec pour rĂ©sidence Abidjan, sĂ©journe dans la capitale BurkinabĂš. Alexey Saltykov a rencontrĂ© le Premier ministre du Burkina Apollinaire Kyelem et plusieurs membres de son gouvernement.

Ouagadougou et Moscou vont « Ă©laborer une feuille de route » de leur coopĂ©ration bilatĂ©rale. « A partir de cela, on va voir ce que la Russie pourrait apporter au Burkina dans le cadre de la sĂ©curitĂ© et de la lutte contre le terrorisme », a dĂ©clarĂ© jeudi l’ambassadeur de la Russie au Burkina Faso, Ă  l’issue d’un entretien que lui a accordĂ© le Chef du gouvernement.

 

Au-delĂ  de la question sĂ©curitaire, les Ă©changes ont aussi portĂ© sur les possibilitĂ©s de formalisation d’une coopĂ©ration technique et financiĂšre entre Moscou et Ouagadougou, souhait exprimĂ©, au niveau politique par les deux Etats. Le diplomate russe a ajoutĂ© que son pays est disposĂ© Ă  accompagner le Burkina Ă  travers un transfert de technologies Ă©mergentes dans plusieurs secteurs.

 

Les deux parties ont toutes les deux, manifestĂ© le dĂ©sir d’aller vite et ont convenu de poursuivre les Ă©changes pour dĂ©finir dans les meilleurs dĂ©lais les contours d’un cadre de coopĂ©ration Ă©conomique mutuellement avantageux.

 

« Nous avons acquis des succĂšs surtout aprĂšs les sanctions qui ont Ă©tĂ© instaurĂ©es envers mon pays et je suis sĂ»r que plusieurs domaines de coopĂ©ration pourront intĂ©resser nos partenaires burkinabĂš », a assurĂ© l’ambassadeur Alexey Saltykov.

 

Depuis septembre 2022, des voix ne cessent appelé réguliÚrement les nouvelles autorités à se rapprocher de la Russie au détriment de la France, pour trouver une solution au terrorisme qui frappe le pays depuis sept ans.

 

Le chef du gouvernement qui a séjourné récemment à Moscou, a affirmé la nécessité de diversifier les partenariats, nourrissant les rumeurs sur un recours des autorités burkinabé aux services du groupe paramilitaire russe, Wagner.

 

En visite Ă  Ouagadougou la semaine derniĂšre, la secrĂ©taire d’État française chargĂ©e du DĂ©veloppement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux s’est gardĂ©e de commenter des « hypothĂšses », prĂ©cisant cependant que « chaque choix a ses consĂ©quences ».

 

Sur le plan sĂ©curitaire, elle a soulignĂ© qu’il n’est plus question pour la France de lutter contre le terrorisme Ă  la place de leurs partenaires, mais de le faire avec eux, Ă  leur demande, en appuyant leur stratĂ©gie. Dans ce sens, les forces spĂ©ciales françaises resteront au Burkina Faso aussi longtemps que leur prĂ©sence est souhaitĂ©e par les nouvelles autoritĂ©s.

 

Bruno Bayala/Oméga médias

Laisser un commentaire