🔮Concours session 2022 : les rĂ©sultats de nouveau reportĂ©s (CommuniquĂ©)

0
1385

Certains candidats aux examens et concours devront encore patienter pour avoir les résultats « en raison de la complexité des difficultés techniques rencontrées lors de la correction électronique de certaines copies » a annoncé le ministÚre en charge de la fonction publique dans un communiqué.

« En tout Ă©tat de cause, les Ă©quipes techniques sont Ă  pied d’Ɠuvre pour pallier les difficultĂ©s rencontrĂ©es. Ce qui a d’ailleurs permis la publication de certains rĂ©sultats » prĂ©cise la note du ministĂšre la fonction publique qui « rassure que des dispositions techniques et pratiques sont mises en Ɠuvre afin de garantir la crĂ©dibilitĂ© et l’impartialitĂ© des autres rĂ©sultats qui seront publiĂ©s, au fur et Ă  mesure »

« Au demeurant, le MinistĂšre en charge de la fonction publique, tout en saluant l’indulgence des candidats, rappelle aussi que sa prioritĂ© rĂ©side dans le strict respect des principes de transparence et d’Ă©quitĂ© dans l’organisation des examens et concours de la fonction publique » peut on lire dans le communiquĂ©.

Mardi 15 Novembre 2022, le Ministre de la fonction publique et du travail et de la protection sociale a expliquĂ© au cours d’une confĂ©rence de presse que le retard liĂ© Ă  la correction Ă©lectronique des copies des candidats rĂ©sulte d’un problĂšme technique soulevĂ© par le prestataire commis Ă  cette activitĂ© par l’Etat.

Bassolma BaziĂ© avait fait savoir que l’écart du temps mis entre l’autorisation de recrutement, le 11 mai 2022, et l’ouverture effective des concours, le 19 juillet 2022, soit 2 mois et 8 jours, s’explique par le fait que le prestataire assurait la maintenance des plateformes (inscription en ligne, composition en ligne et correction Ă©lectronique).

Malgré donc les supposés améliorations qui ont non seulement engendré le grand retard dans le début effectif des concours, il ressort que la qualité de la prestation rendue a été beaucoup décriée par les bénéficiaires, avait déploré le ministre.

Bruno Bayala

Laisser un commentaire