🔴 Prix Bayeux des correspondants de guerre : Mariam Ouédraogo première africaine lauréate

0
1157

Avec son reportage intitulé « Axe Dablo-Kaya : la route de l’enfer des femmes déplacées internes » la Burkinabè Mariam Ouédraogo du journal sidwaya remporte le premier prix de presse écrite de la 29 édition du prix Bayeux des correspondants de guerres.

« J’ai découvert aux côtés de mes confrères des travaux d’une excellence indiscutable. Le niveau était tel qu’il a été difficile de départager les reportages ! Les délibérations ont été intenses, essentielles, très nourries. Entendre les arguments de mes pairs, dont je respecte le travail, restera pour moi une expérience inoubliable », a expliqué le président du jury international, Thomas Dworzak.

Mariam Ouédraogo, s’est dit très honorée d’avoir reçu ce prestigieux prix qui récompense ceux qui sacrifient leur vie pour informer les autres. Elle décide de dédier ce prix au Burkina et l’Afrique toute entière. « Je pense à tous ces journalistes des pays en conflit qui ont perdu la vie. Au-delà du petit reporter que je suis, c’est mon organe, le quotidien Sidwaya, mon pays le Burkina Faso et mon continent, l’Afrique entière qui sont honorés », a-t-elle souligné.

Elle a particulièrement eu une pensée pour « toutes ces survivantes de viols commis par des terroristes, du Mali, du Niger et du Burkina, qui, faute de prise en charge adéquate, attendent dans le couloir de la mort avec des ventres et des dos chargés de grossesses et de bébés lourds à porter ».

Le prix Bayeux des correspondants de guerres constitue la 13e distinction de la journaliste burkinabè, plusieurs fois lauréate aux Galian, la cérémonie annuelle nationale de récompenses des meilleures œuvres journalistiques. Mariam Ouédraogo a également été primée à bien d’autres concours de journalisme, notamment celui de la meilleure journaliste organisée par le Centre national de presse Norbert Zongo.

 

Bruno Bayala

Laisser un commentaire