Fourniture d’électricité : coupures en Côte d’Ivoire, délestages au Burkina

0
178

La Côte d’Ivoire qui fournit le Burkina en électricité fait face ces dernières semaines à des coupures d’électricité répétées, qui durent souvent plusieurs heures. À Abidjan, la capitale économique qui concentre également l’essentiel de l’administration, plusieurs communes sont restées hors tension du petit matin jusqu’en fin de matinée vendredi dernier, causant des embouteillages monstres dans la ville.

Syndicats de travailleurs, organisations de consommateurs et patronat s’insurgent contre cette situation qui devient insoutenable pour certains secteurs d’activité. Dans une lettre adressée au Premier ministre Patrick Achi, la Confédération des grandes entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) a dénoncé une « crise énergétique » qui se traduit par une baisse de la fourniture d’électricité qui va atteindre 200 mégawatts (MW) entre avril et août.

Selon les explications de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), ce contexte difficile serait dû à la longue saison sèche que le pays a connue, réduisant le niveau et le débit des barrages, alors que l’hydroélectrique représente 37% de la production totale d’électricité dans le pays. Une autre raison évoquée est le retard accusé dans l’acheminement de la quatrième turbine de la centrale thermique d’Azito du fait de la Covid-19. Les autorités annoncent la mise en service de cette machine en août prochain.

La Côte d’Ivoire donnait jusqu’ici l’exemple en matière de production et d’exportation d’énergie électrique en Afrique de l’ouest. En 2019, le pays a produit plus de 2.229 MW d’électricité et a exporté en 2020 11% de sa production vers six pays voisins dont le Burkina, selon le ministère de l’Energie cité par nos confrères de TV5 Monde. Mais avec cette situation, Abidjan est obligée de réduire, au moins momentanément, la quantité d’énergie livrée à ses voisins.

« La quantité totale d’énergie livrée par la Côte d’Ivoire au Burkina Faso en 2019 a été de 505 GWh, soit une puissance moyenne de 58 MW », une baisse de 10% par rapport à 2018, selon un rapport d’experts du traité d’amitié et de coopération Côte d’Ivoire-Burkina. Le rapport ajoute que 56 MW ont été livrés au Burkina en 2020, et 53 MW en moyenne pendant le premier trimestre de 2021. Les deux pays avaient pourtant convenu de faire passer ce chiffre à 90 MW à partir de 2020.

Le Burkina dépend fortement de l’énergie importée qui comble plus de 60% de sa consommation. Le 13 avril dernier, le ministre de l’Energie Bachir Ismaël Ouédraogo a défendu devant l’Assemblée nationale un ensemble de lois visant à renforcer l’offre énergétique locale. L’un des projets annoncés est la mise en place d’une centrale solaire à vocation sous-régionale de 300 MW financée par la Banque mondiale et la Cedeao. A cette occasion, le ministre a exprimé l’ambition du gouvernement burkinabè d’exporter son énergie électrique d’ici 2025.

Abdoul Fhatave TIEMTORE

 

Laisser un commentaire