Burkina lutte contre la contrefaçon des plaques et des cartes grises: le gouvernement met un appareil de contrôle en place

1294

 

Lutte contre la contrefaçon des plaques d’immatriculation et des cartes grises, le ministère en charge des transports met à la disposition du ministère de la sécurité des appareils de contrôle. La remise a été suivie d’une formation sur l’utilisation desdits appareils. C’était ce mardi 30 mars à Ouagadougou.

 

Les agents de sécurité ont reçu des appareils qui permettent de scanner  les plaques d’immatriculation et les cartes grises afin de vérifier leur authenticité, leur emplacement sur l’engin tout en permettant aussi d’identifier le propriétaire.

« Maintenant, nous allons pouvoir permettre à la police, à la gendarmerie et à la douane de vérifier les cartes grises, ou les plaques d’immatriculation, pour voir si elles sont falsifiées ou pas. C’est un matériel de haute performance, qui va permettre de scanner et pouvoir identifier le propriétaire de la carte grise, de l’engin à deux roues, à quatre roues et aussi de pouvoir mettre un nom sur le concessionnaire, c’est un ensemble de données qui permettent de pouvoir dire que nous avons l’information utile pour sécuriser le pays , mais aussi pour sécuriser, celui qui est propriétaire de l’engin » a expliqué Vincent Dabilgou, ministre des transports.

 

 

 

Ces appareils ne vont pas dormir dans les tiroirs des bureaux, rassure le bénéficiaire qui salue par ailleurs la formation.

« Il y a beaucoup de gens qui utilisent des véhicules qui ne sont pas immatriculés conformément à la législation, qui prennent des chemins divers, pour être immatriculé, donc nous avions besoin de ces matériels, pour connaitre les véhicules qui sont bien immatriculés  ou qui ont de fausses immatriculations» précise Clément Ouango, directeur de cabinet du ministre de la sécurité.

Le ministère en charge des transports, a entrepris depuis Juillet 2019, le renouvellement, et la modernisation des plaques d’immatriculation, des cartes grises et des permis de conduire. Le délai accordé aux usagers est de 3 ans, donc en 2023. Au regard de cette mesure le ministère les invite à s’activer.

 

Moumouni Yaro

Laisser un commentaire