Décès HAMBAK : Alpha Barry rend hommage à Hamed Bakayoko

Mon très Cher Hamed,
C’est avec le cœur gros, le cœur étreint, le cœur serré, que je prends l’avion ce mercredi matin pour me rendre à tes obsèques à Abidjan. Comment croire ! Comment imaginer que tu es vraiment parti à jamais ! Et pourtant c’est comme ça ! C’est l’épreuve qui nous est imposée depuis ce mercredi 10 mars.
Mon très Cher PM,
Dans cet avion, je ne suis pas seul. Tes amis du Burkina (pas tous) sont là. Le plus illustre d’entre eux est le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Il conduit la délégation officielle du Burkina Faso à Abidjan pour prier pour le repos de ton âme, soutenir ton épouse, tes enfants, tes frères et tous tes proches et te rendre hommage. Un hommage à la hauteur de l’amitié et la fraternité que tu partageais avec lui. Avec nous !
Mon très Cher PM,
Pour ma part, je salue en toi le grand ami, le frère, le copain ! Je salue en toi le complice ! Complice dans la gestion des dossiers d’Etat. Mais une complicité dans la défense des intérêts respectifs de nos deux pays. Je n’avais pas la paix avec toi quand un dossier très délicat touchait la Côte d’Ivoire. Et tu me connais ! Quand une affaire tout aussi délicate concernait les intérêts du Burkina, tu avais chaud avec moi. Autant dire qu’autour d’un verre ou d’un repas, entre blagues et taquineries ou encore au téléphone tard la nuit avant de passer au lit, on pouvait « se chauffer » sur nos dossiers d’Etat.
Mon très Cher Hamed,
Toi et moi, on pouvait à tout moment rigoler ou faire la fête ensemble ! Mais jamais on n’oubliait nos missions d’Etat portant sur des dossiers communs de nos deux pays.
Mon très Cher PM,
J’ai beaucoup à dire sur notre relation. J’ai beaucoup à dire parce que depuis l’annonce de la triste nouvelle de ton décès, je refais tous les films dans ma tête. Le film de tant d’années qui me paraissent tellement courtes à présent. Le film de nos ambiances et de nos moments de travail. Le film de nos joies et de nos difficultés ! Les difficultés comme il peut en exister entre deux voisins aussi intimement liés comme la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. La Côte D’Ivoire c’est ton pays. Mais tu aimais profondément le Burkina Faso. Tu n’as jamais cessé de parler de ce Faso depuis tes études passées dans ce pays. Tu cherchais toujours à tout savoir et à tout comprendre de ce pays. Surtout sur la vie politique. A ce propos, désolé de ne t’avoir pas envoyé les coupures de presse que tu m’as demandées pour bien analyser la dernière composition du gouvernement burkinabè.
Mon très Cher Hamed,
Je te le redis, tout le film de nos années défile dans ma tête. J’ai donc beaucoup à dire. Mais cher Frère, je t’avoue que je n’ai pas la force d’écrire. Permets-moi donc de m’arrêter là et de publier quelques images de ces très courtes années passées ensemble.
Mon très Cher Hamed,
A présent, qu’on ne pourra plus jamais « se chauffer », je prie pour toi… avec le cœur meurtri.
Que ton âme repose en paix !
Que Dieu t’accueille dans son paradis !
Alpha Barry

Laisser un commentaire