Yirgou, deux ans après : l’instruction “suit son cours” et 11 personnes toujours en détention (sources judiciaires)

142

Deux ans après le drame de Yirgou, l’instruction du dossier “suit son cours” ont confié des sources judiciaires proches du dossier à Radio Oméga. Toujours selon nos sources, 13 personnes ont été mises en examen pour le moment et 11 sont toujours en détention à ce jour et des étapes ont été franchies dont notamment des interrogatoires au fond, des confrontations, des auditions de victimes et témoins, …

Retour sur les faits: Il est autour de 7h30 ce 1er janvier 2019. Le chef de village Kouka Sawadogo, guérisseur traditionnel, est sur le site qui lui sert pour les rites coutumiers à 2 km de sa concession avec trois membres de sa famille (son fils aîné, un autre fils et son neveu) lorsque quatre individus armés à moto font leur arrivée sur les lieux. Ils demandent au chef d’après son premier fils qui est chef Koglweogo en langue mooré. Juste après les questions, ils tirent sur les quatre personnes qui meurent sur le champ. Un témoin informe aussitôt par téléphone les Koglweogos.

Deux Koglweogos qui tentent de rejoindre le site sont abattus par les assaillants qui s’enfuient avec la moto du chef de village une moto non encore immatriculée de marque Sanili. La nouvelle se répand aussitôt dans le village que « le chef a été tué par des peulhs ». Le mot d’ordre est lancé, «plus de peulhs dans le village». Une véritable chasse à l’homme commence.
Bilan des tueries de Yirgou: 49 morts selon le gouvernement et 216 selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (Cisc), et plusieurs milliers de déplacés internes.

La rédaction

Laisser un commentaire