Début de soirée, fin novembre 2020. Ladji Bama, est en route pour Ouaga. Il vient de quitter Dori où il a animé un panel sur la corruption électorale. C’est à hauteur de Yalgo que l’incident se produit. Un projectile se cogne au parebrise de la voiture et y laisse un impact visible. Ladji Bama explique: “Nous avons passé le temps à nous demander ce que c’était exactement, à nous poser des questions, est-ce une balle, on doutait. Toujours est-il qu’on a essayé d’accélérer à cet instant pour quitter la zone vu le contexte sécuritaire”.

Pour Ladji Bama, le fait n’est pas anodin. Il se confie à une personne avisée. “Curieux de savoir ce que c’était exactement, j’ai contacté quelqu’un  qui est dans le domaine des armes à qui j’ai envoyé le véhicule. Il a regardé l’impact et immédiatement il a dit que c’était l’impact d’une balle, ce qui confirmait du coup nos soupçons de départ” indique le rédacteur en chef du bimensuel d’investigation Courrier confidentiel.

Le journaliste décide de porter plainte contre X. “Une balle sur le parebrise d’un véhicule à bord duquel on se trouvait, ça veut dire quand même qu’il y avait une intention d’attenter à la vie. Quand on regarde l’emplacement de l’impact sur le parebrise, c’était moi qui était visé parce ce que si toutefois la balle avait réussi à transpercer la vitre, elle allait se loger dans ma poitrine. Dieu merci, le sort en a décidé autrement” confie le journaliste d’investigation.

A ce stade, il n’accuse personne en particulier, mais suggère des pistes d’enquête. Au cours du panel, il confie avoir ouvertement dénoncé des actes de corruption électorale de la part du MPP, parti au pouvoir, qui tenait un meeting dans la ville. Les discussions ont aussi porté sur l’affaire charbon fin, l’autre dossier sur lequel le journaliste est très critique à l’endroit du pouvoir et de la mine d’Essakane. Ce qui lui aurait valu des réactions hostiles dans la salle, le traitant de journaliste partisan. “J’évoque tout cela pour expliquer le contexte sans toutefois préjuger de quoi que ce soit, je ne dis pas forcement que ça vient de là mais il est bon de le savoir” ajoute-t-il.

Ladji Bama a-t-il peur pour sa vie ? La réponse est sans appel: “si leur objectif est de me faire peur, je dis que c’est raté. C’est raté parce que c’est pas ce genre de chose qui peut me faire reculer dans mon engagement, c’est pas possible et c’est hors de question”.

Cette affaire vient s’ajouter à une autre, non encore élucidée. Le 7 janvier dernier, c’est une attaque au cocktail molotov dans le domicile du même journaliste d’investigation qui avait été dénoncée par plusieurs organisations de défense de la liberté de presse.

Abdoul Fhatave Tiemtoré

Laisser un commentaire