🔴Vaste mouvement des préfets : interrogations et indignations !

0
45

La vague de nominations intervenues les 13 juillet et 3 août 2022 au ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, et qui a vu plus de 300 préfets relevés de leurs fonctions, est restée en travers des gorge des concernés. Depuis plusieurs jours, ça grogne en sourdine dans les rangs des préfets relevés de leurs fonctions.

 

Ces derniers s’interrogent sur les raisons d’une telle décision, même s’ils reconnaissent qu’elle relève du pouvoir discrétionnaire du ministre de l’Administration territoriale. « A quoi bon remplacer presque tous les préfets quand on sait que la plus part d’entre eux étaient des administrateurs et qui remplissaient déjà correctement leurs missions à la tête des départements », s’interroge-t-on dans les milieux des administrateurs civils et des secrétaires administratifs. On se demande aussi quel temps prendront les nouveaux promus pour s’imprégner du fonctionnement des départements, surtout dans un contexte où ils auront aussi la responsabilité de présider les délégations spéciales.

 

Selon nos informations, certains préfets nouvellement nommés l’ont été sans leur consentement. D’autres, nommés dans les zones à fort défi sécuritaire, se résignent à rejoindre leur poste où ils devraient remplacer d’autres préfets qui auraient été résilients pendant quelques années. Si la grogne est principalement dirigée contre les autorités de la Transition, elle ne dédouane pas pour autant le Syndicat national des administrateurs civils et des secrétaires administratifs.

En effet, le SYNACSAB dont certains leaders ont été promus dans cette vague de nominations, est accusé, à tort ou à raison, de complicité et de connivence avec les autorités de la Transition. De son côté, le SYNACSAB se défend d’avoir été associé à ce vaste mouvement des préfets.

 

Au sein du syndicat, on s’insurge contre la tentative d’attribuer la paternité et même la co-paternité de ce vaste mouvement au SYNACSAB, même si certaines figures connues du milieu syndical ont été promues dans la foulée de ce remue-ménage. En attendant, ce sont des centaines d’ex-préfets, pour l’instant sans affectation, qui attendent de savoir à quelle sauce ils seront mangés.

 

Paul-Miki Roamba

Laisser un commentaire