🔴 ALERTE Centre-nord – « Plus de 40 corps sans vie découverts dans la commune de Tougri », selon le CISC

0
58

« Plus de 40 corps ont été retrouvés le long de la route de Taffogo-Bouroum, entassés par lots de 10 ou de 5. Les personnes tuées avaient tous les mains ligotées et les yeux bandés », a écrit le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), dans un communiqué en date du 11 août 2022.

 

 

Le CISC qui s’est appuyé sur des témoignages pour rédiger son communiqué pointe un doigt accusateur sur les forces de défense et de sécurité : « Ces témoignages concordants décrivent les présumés auteurs de ces enlèvements suivis d’exécutions systématiques comme étant des éléments des forces de défense et de sécurité (FDS) habillés en tenues noires et encagoulés », écrit le CISC.

 

Dans ce communiqué qui circule depuis samedi sur les réseaux sociaux, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés va plus loin pour affirmer avec précision que le 2 août 2022, à 15h 06min, « des militaires de l’armée burkinabè qui ont quitté Gorom pour Oursi, ont exécuté 8 civils et fait plusieurs blessés dont un enfant de 13 ans ». Et ce n’est pas tout : « le 4 août 2022, dans le village de Guelyendé, commune de Tibga, région de l’Est, 14 personnes ont été tuées par des hommes en treillis militaires burkinabè», poursuit le communiqué qui évoque aussi l’arrestation suivi du décès d’une femme déplacée interne dans les locaux de la police judiciaire de Kaya, dans des conditions non encore élucidées.

 

Le CISC qui dit encourager les forces républicaines dans la lutte contre le terrorisme, invite donc le Président du Faso à recadrer l’action de certains éléments de l’armée « qui résument la lutte antiterrorisme à une simple extermination de villages occupés par une communauté précise ».

 

                                                                              Paul-Miki Roamba

Laisser un commentaire