🔴[Insécurité ]: les militaires négocient-ils une trêve ?

0
53

  Le gouvernement de la transition aurait entamé des discussions avec les groupes armés terroristes pour une trêve de 24 mois, soit le mandat des militaires au pouvoir, ont dévoilé nos confrères du journal Aujourd’hui au Faso. « Selon certaines sources, le gouvernement serait en passe, si ce n’est déjà fait, de conclure un deal avec les terroristes pour une trêve de 24 mois », peut-on lire sur la plateforme numérique du journal.

 

Cette révélation, certes pas confirmée par les autorités militaires pour le moment, s’emboite avec le processus de dialogue initié par le ministère d’Etat en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale ainsi qu’avec les invitations insistantes et répétitives aux Burkinabè en armes à cesser les combats.

La dernière invitation en date a été communiquée le mardi 2 août dernier, par le biais d’un communiqué daté du 28 juillet. « Pour un Burkina Faso de paix et prospère, le ministère d’Etat invite l’ensemble des populations à soutenir activement le processus de dialogue et les concitoyens enrôlés dans les groupes armés, à saisir l’opportunité de cette main tendue en vue de leur réinsertion sociale », avait demandé le département administré par Yero Boly, dans un communiqué.

 

24 mois de trêve, soit la durée de la transition La durée de cette accalmie en négociation correspond à celle arrêtée pour le processus de transition. Avant que tous les contours de cette négociation ne soient dévoilés, le journal Aujourd’hui au Faso, se demande si le Président Paul-Henri Damiba ne voudrait pas passer le témoin de l’autorité suprême avec une patate chaude en coulisse.

 

Le coût d’une trêve Combien pourrait coûter cette paix, quand on sait à travers la parution du 25 février 2021, du bimensuel Evenement, que l’accalmie négociée en novembre 2020 lors des élections couplées a nécessité espèces « sonnantes » et compromis judiciaires. Le coût humain de cette crise sécuritaire lui est connu, des milliers de FDS, VDP et civils tombés.

Yaya Diomandé

Laisser un commentaire