🔮 [InvitĂ©] « Il n’y a pas assez de clubs qui connaissent l’importance d’un  prĂ©parateur physique au Burkina Faso » (Seydou Belem, spĂ©cialiste des activitĂ©s physiques et sportives et arbitre FIFA). 

0
1454

 

« Quand on prend par exemple la prĂ©paration physique au Burkina Faso, il faut se dire la vĂ©ritĂ©, il n’y a pas assez de clubs qui connaissent l’importance d’un  prĂ©parateur physique. D’abord tous les clubs n’en ont pas (
) Il faut dire que nous ne sommes pas encore arrivĂ©s Ă  un niveau oĂč les prĂ©parateurs physiques sont rĂ©munĂ©rĂ©s de sorte Ă  ce qu’ils puissent vivre de ça(
) Aujourd’hui quand vous prenez un athlĂšte les meilleurs sont Ă  plus de 14km dans un match de football » a indiquĂ© Seydou Belem, spĂ©cialiste des activitĂ©s physiques et sportives et arbitre FIFA.

 

ActualitĂ© oblige, l’enseignant en Ă©ducation physique et sportive au ministĂšre des sports se prononce Ă©galement sur les blessures enregistrĂ©es au cours de la CAN, dont celle du milieu de terrain burkinabĂš Adama Guira qui n’a pas terminĂ© la compĂ©tition. Seydou Belem est l’invitĂ© de la rĂ©daction et rĂ©pond aux questions de Brigitte Yoda.

Écoutez l’intĂ©gralitĂ© de l’invitĂ© ici

Laisser un commentaire