🔮 SantĂ© et nutrition : la situation nutritionnelle dissĂ©quĂ©e Ă  Manga selon l’analyse IPC

0
186

Les acteurs de la nutrition se sont retrouvĂ©s Ă  Manga du 23 au 28 octobre dernier en session de formation et d’analyse de la sĂ©vĂ©ritĂ© de la malnutrition aiguĂ« au Burkina Faso avec l’outil IPC AMN. À la fin de ces six jours de travaux, les participants sont repartis satisfaits du travail accompli. Cette session a Ă©tĂ© rendue possible grĂące au soutien financier de l’UNICEF et du PAM.

FacilitĂ©e par des experts nationaux avec l’appui des experts de la Task force nutrition du CILSS et du Global Support Unit (GSU) du Bureau rĂ©gional Ă  Dakar, cette session avait pour objectifs majeurs de renforcer les capacitĂ©s d’une soixantaine de participants venus des 13 rĂ©gions du Burkina, ainsi que des partenaires techniques et financiers intervenants dans le domaine de la nutrition, et d’examiner la sĂ©vĂ©ritĂ© de la malnutrition dans les diffĂ©rentes provinces du pays Ă  l’aide dudit outil.

La session a dĂ©butĂ© par un rappel des principes de base afin de mieux comprendre le travail demandĂ©. Ensuite, les acteurs sont passĂ©s Ă  l’analyse. Au total, avec l’appui des diffĂ©rents experts nationaux et internationaux, les participants ont pu examiner la situation nutritionnelle dans 37 provinces.

À la fin des travaux, le reprĂ©sentant du directeur gĂ©nĂ©ral de la SantĂ© et de l’hygiĂšne publique, Gnoumou Dissan Boureima, a remerciĂ© tous les participants pour leur assiduitĂ© et le travail accompli durant cette semaine. Les participants se sont sĂ©parĂ©s avec le sentiment d’un travail bien fait. Le rendez-vous est pris pour l’annĂ©e prochaine pour une autre analyse.

La malnutrition touche encore de nombreuses personnes au Burkina Faso, avec des consĂ©quences indĂ©niables sur le dĂ©veloppement de notre pays. L’analyse IPC AMN contribue Ă  une comprĂ©hension plus approfondie de la situation nutritionnelle afin d’enrichir les analyses cadres harmonisĂ©es sur la sĂ©curitĂ© alimentaire et nutritionnelle, d’une part, et d’identifier les principales causes de la malnutrition aiguĂ« au Burkina Faso, d’autre part.

 

Ibrahim Bayili / Oméga Médias

Laisser un commentaire