🔮 SĂ©nĂ©gal : la Cour de la Cedeao deboute l’opposant Sonko

0
1855

La Cour de Justice de la CEDEAO a conclu, selon l’AFP, que les droits de l’opposant politique Ousmane Sonko n’ont aucunement Ă©tĂ© violĂ©s par l’État sĂ©nĂ©galais, malgrĂ© les allĂ©gations de l’homme politique.

« Le SĂ©nĂ©gal n’a violĂ© aucun de ses droits« , a dĂ©clarĂ© le Tribunal sous-rĂ©gional en rĂ©ponse Ă  la requĂȘte d’Ousmane Sonko.

L’opposant Sonko, PrĂ©sident du Parti patriotes du SĂ©nĂ©gal pour le travail, l’éthique et la fraternitĂ© (PASTEF), avait saisi le Tribunal de la CEDEAO pour constater la prĂ©tendue violation par l’État sĂ©nĂ©galais de ses droits de l’homme. Il avait Ă©galement dĂ©noncĂ© le caractĂšre « arbitraire » de la dissolution de son parti, le PASTEF, ainsi que la « violation par l’État du SĂ©nĂ©gal de son droit de prendre part Ă  la direction des affaires publiques de son pays, de voter et d’avoir le suffrage des Ă©lecteurs sĂ©nĂ©galais ».

Selon l’avocat Me Juan Branco, cette dĂ©cision de la Cour de justice de la CEDEAO « donne blanc-seing Ă  Macky Sall  pour dĂ©truire son opposant ».

Ousmane Sonko, condamnĂ© par contumace Ă  deux ans de prison ferme le 1er juin dernier pour dĂ©bauche de mineure, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© fin juillet pour d’autres chefs d’inculpation, dont appel Ă  l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte Ă  la sĂ»retĂ© de l’État.

Sa condamnation du 1er juin l’a radiĂ©, selon les lois du SĂ©nĂ©gal, des listes Ă©lectorales, rendant ainsi impossible sa candidature Ă  la prĂ©sidentielle de fĂ©vrier 2024. Cette radiation des listes Ă©lectorales avait Ă©tĂ© annulĂ©e par une dĂ©cision d’un juge de Ziguinchor (localitĂ© dans le sud du pays) le mois passĂ©. Cette dĂ©cision est discutĂ©e en recours ce vendredi Ă  la Cour SuprĂȘme du pays.

 

Yaya Diomandé/ Oméga Médias

Laisser un commentaire