🔮CoopĂ©ration : les États-Unis suspendent leur aide au Niger et demandent la libĂ©ration de la famille Bazoum

0
2541
FILE - In this photo taken Monday, April 16, 2018, a U.S. and Niger flag are raised side by side at the base camp for air forces and other personnel supporting the construction of Niger Air Base 201 in Agadez, Niger. The U.S. says it has about 5,200 Africa Command personnel, troops and others, on the continent, plus about 800 other Department of Defense personnel. (AP Photo/Carley Petesch, File)

 

Les États-Unis ont officiellement reconnu le coup d’État au Niger et ont suspendu plus de 500 millions de dollars d’aide, selon le porte-parole du DĂ©partement d’État dans un communiquĂ© rendu officiel ce mardi.

 

A plus de deux mois du coup d’état militaire au Niger, les Etats unis dĂ©cident de « suspendre une grande partie de leur aide au gouvernement nigĂ©rien, conformĂ©ment Ă  l’article 7008 de la loi de crĂ©dits annuelle du DĂ©partement d’État », a Ă©crit Matthew Miller, porte-parole du DĂ©partement d’État qui prĂ©cise que le projet Millennium Challenge Corporation d’un coĂ»t global de 302 millions de dollars est suspendu dans toutes ses formes ainsi que certains programmes d’aides Ă©trangĂšres dont le coĂ»t Ă©tait estimĂ© Ă  200 millions de dollars.

Ces suspensions, selon le communiquĂ© n’ont rien Ă  voir avec les populations et les gouvernements rĂ©gionaux.
« Nous soulignons que nous maintiendrons notre aide humanitaire, alimentaire et sanitaire vitale au bĂ©nĂ©fice de la population nigĂ©rienne. Les États-Unis ont Ă©galement l’intention de continuer Ă  travailler avec les gouvernements rĂ©gionaux, notamment au Niger, pour faire progresser les intĂ©rĂȘts communs en Afrique de l’Ouest ».

 

Les Etat unis rĂ©affirment leur engagement Ă  rester « aux cĂŽtĂ©s du peuple nigĂ©rien dans ses aspirations Ă  la dĂ©mocratie, Ă  la prospĂ©ritĂ© et Ă  la stabilitĂ© ». Pour eux, la « reprise de l’aide amĂ©ricaine nĂ©cessitera une action du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), afin d’inaugurer une gouvernance dĂ©mocratique dans un dĂ©lai rapide et crĂ©dible », peut-on lire dans le communiquĂ© qui appelle Ă  la « libĂ©ration de Mohamed Bazoum, de sa famille et de toutes les personnes dĂ©tenues ».

Charles Dah/Oméga médias

Laisser un commentaire