🔮 Soutien à la Transition : Des manifestants demandent une nouvelle Constitution

0
376

La Coordination nationale des Organisations de la sociĂ©tĂ© civile du Burkina (CNOSC-BF) a dĂ©plorĂ© vendredi « l’Ă©chec de notre constitution » (du Burkina, Ndlr) et appelle Ă  l’adoption d’une nouvelle.

La CNOSC-BF a mobilisĂ© plusieurs centaines de personnes ce 29 septembre – un an jour pour jour du dĂ©but des Ă©vĂšnements qui ont amenĂ© le Capitaine IB au pouvoir – Ă  la place de la nation pour rĂ©clamer une nouvelle constitution « à la burkinabÚ ».

« Nous réclamons une constitution à la burkinabÚ », a clamé un responsable de la coordination.

Fustigeant, une constitution « taillĂ©e Ă  la mesure de certains individus » et « imposĂ©e » Ă  l’ensemble du pays, la coordination estime que la constitution en vigueur – instituĂ©e en 1991 et amendĂ©e en novembre 2015, sous la Transition de Michel Kafando – est porteuse d’Ă©chec.

« Nous sommes tous tĂ©moins de l’Ă©chec de notre constitution et de ses lacunes dans le cadre des relations internationales et face Ă  certaines normes internationales en gĂ©nĂ©ral », Ă  travers « la non-prise en compte des rĂ©alitĂ©s burkinabĂš, le non-respect de certaines valeurs constitutionnelles telles que le strict respect du principe cardinal de sĂ©paration des pouvoirs au bĂ©nĂ©fice de certains pouvoirs politiques en place », selon la CNOSC-BF.

« Notre rĂ©volution doit ĂȘtre totale tout en prenant en compte les aspirations profondes du peuple burkinabÚ », ajoute la coordination des OSC.

Elle appelle, compte tenu de l’opportunitĂ© offerte par la Transition en cours, Ă  « l’union sacrĂ©e » autour du Capitaine Ibrahim TraorĂ©, PrĂ©sident de la Transition, afin d’amorcer le processus de changement de la constitution.

 

Yaya Diomandé & Moumouni Tamboura / Oméga Médias

Laisser un commentaire