🔮 Mondiaux de pĂ©tanque Cotonou 2023 : Les Étalons obtiennent une mĂ©daille de bronze

0
1348

L’acte 1 des mondiaux de pĂ©tanque s’est achevĂ© hier au pied de l’Amazone avec les finales et la cĂ©rĂ©monie des rĂ©compenses. Cinq catĂ©gories Ă©taient concernĂ©es par ce premier acte, Ă  savoir le tĂȘte-Ă -tĂȘte hommes et dames, la doublette homme et dame, ainsi que la doublette mixte.

Les Étalons, pour leur 3e participation Ă  un mondial de pĂ©tanque, s’en sortent pour la premiĂšre fois avec une mĂ©daille de bronze.

Ce mardi matin Ă©tait le jour des finales dans ces diffĂ©rentes disciplines. Une journĂ©e que l’on pensait de tout repos, mais une grosse pluie matinale s’est invitĂ©e Ă  la fĂȘte et a rendu les choses compliquĂ©es. Les terrains de compĂ©tition sont gorgĂ©s d’eau. Aucune canalisation n’a Ă©tĂ© prĂ©vue autour des terrains en cette saison des pluies au BĂ©nin.

Les volontaires vont se mettre Ă  la tĂąche pour Ă©vacuer l’eau avec les moyens du bord. Un travail acharnĂ© qui va finir par payer et faire place aux jeux aux alentours de 13 heures pour une compĂ©tition qui devait dĂ©buter Ă  8 heures. MĂȘme la table des officiels n’a pas rĂ©sistĂ© Ă  la furie du vent. Tout finit par s’arranger. Les finales peuvent alors dĂ©buter.

La premiĂšre est celle qui a opposĂ© la France au BĂ©nin en mixte. Les BĂ©ninois justifient leur grande forme du moment dans cette discipline en sortant les Français par 13-8 et s’offrent le titre de champion du monde.

Cette victoire est l’aboutissement d’un travail, dixit le directeur technique national, Guy Tronou.

« Cette victoire est l’aboutissement d’un travail que nous avons dĂ©butĂ© depuis longtemps, et Ă©galement Dieu qui nous a accompagnĂ©s. La France n’est pas une petite Ă©quipe. Nous avons essayĂ© et nous avons gagné », a-t-il dĂ©clarĂ©.

Le directeur technique national béninois reconnaßt au passage la ténacité des Burkinabés.

« Le Burkina est une nation qu’on ne peut pas jouer, une nation difficile Ă  jouer et qui nous crĂ©e des problĂšmes. Vous avez des joueurs trĂšs bons et trĂšs compĂ©tents qui savent Ă©tudier le jeu et compliquer le jeu de l’adversaire. C’est d’ailleurs eux qui nous ont permis d’aller jusqu’en finale et de gagner ».

En tĂȘte-Ă -tĂȘte hommes, la ThaĂŻlande s’offre la Tunisie, alors que chez les dames, c’est la Tunisie qui s’impose face Ă  l’AlgĂ©rie. En doublette dames, la ThaĂŻlande Ă©crase la France par 13-1 et chez les hommes, le BĂ©nin Ă©tait tout proche de sa 2e mĂ©daille d’or de la journĂ©e. Mais Dylan Rocher et son compagnon lui barrent la route par 13-8.

Venus sur la pointe des pieds Ă  Cotonou sans une prĂ©paration consĂ©quente, les Étalons s’en sortent avec une mĂ©daille de bronze en doublette mixte. Un moment de joie pour le capitaine BurkinabĂ©.

« Nous sommes trĂšs heureux. Nous voulions aller plus loin que cela, mais c’est le sport. Tout peut arriver. Nous sommes fiers d’ĂȘtre parmi les mĂ©daillĂ©s ce soir. Nous avons dĂ©jĂ  quelque chose Ă  ramener au pays afin de montrer aussi aux BurkinabĂ©s que nous luttons en attendant d’engranger Ă©galement quelques mĂ©dailles en tirs de prĂ©cision et en triplette ».

Ce mercredi, c’est le jour de repos pour tous. Fin du premier acte.

Jeudi dans l’aprĂšs-midi dĂ©bute l’acte 2 avec le concours de tirs de prĂ©cision et le jeu des triplettes. Les Étalons espĂšrent engranger une autre mĂ©daille dans l’une de ces disciplines. Mais avant, dans la matinĂ©e de ce jeudi, la fĂ©dĂ©ration internationale tient son AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale.

 

Ibrahim Bayili, envoyé spécial à Cotonou pour Oméga Médias

Laisser un commentaire