🔮 ALERTE Gabon: le gĂ©nĂ©ral Brice Oligui Nguema prĂȘtera serment lundi

0
1419

Le gĂ©nĂ©ral Brice Oligui Nguema, prĂȘtera serment, lundi, en tant que « prĂ©sident de transition » devant la Cour constitutionnelle du Gabon. C’est ce qu’ont annoncĂ©, jeudi, les militaires qui ont renversĂ© plus tĂŽt mercredi, Ali Bongo, au pouvoir depuis 14 ans.

Ce groupe d’une douzaine de militaires gabonais a annoncĂ© avoir mis « fin au rĂ©gime en place », proclamĂ© la dissolution de « toutes les institutions de la RĂ©publique » et dĂ©signĂ© dans la soirĂ©e le chef de la garde rĂ©publicaine, le gĂ©nĂ©ral Brice Oligui Nguema, comme « prĂ©sident de la transition » du pays.

Le gĂ©nĂ©ral Brice Oligui Nguema a aussitĂŽt ordonnĂ© la reconnexion de la fibre optique et le rĂ©tablissement des signaux de chaĂźnes internationales de radios et de tĂ©lĂ©visions. Le nouvel homme fort a pris – dans le communiquĂ© – l’engagement de maintenir l’outil Ă©conomique, garant, selon lui, d’une prospĂ©ritĂ© sociale. Les militaires disent aussi garantir la paix et la dignitĂ© du Gabon car, c’est une nouvelle Ăšre qui s’ouvre pour le pays, prĂ©cisent-ils.

DÚs jeudi, les populations pourront vaquer à leurs occupations entre 6h et 18h, ont rassuré les militaires. Cependant, la restriction de circulation reste en vigueur de 6h à 18h, ont-ils indiqué.

Plus tĂŽt mercredi, le PrĂ©sident de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat qui avait dit suivre avec une grande inquiĂ©tude la situation en rĂ©publique gabonaise, a condamnĂ© « fermement la tentative de coup d’Etat au pays comme voie de solution de sa crise post Ă©lectorale actuelle ».

Le PrĂ©sident de la Commission de l’UA a rappelĂ© avec force que la tentative de coup d’Etat « constitue une violation flagrante des instruments juridiques et politiques de l’Union africaine, dont la Charte africaine sur les Ă©lections, la dĂ©mocratie et la gouvernance ».

Il a aussi appelĂ© « l’armĂ©e nationale et les forces de sĂ©curitĂ© Ă  s’en tenir strictement Ă  leur vocation rĂ©publicaine, Ă  garantir l’intĂ©gritĂ© physique du prĂ©sident de la RĂ©publique, les membres de sa famille ainsi que de ceux de son gouvernement ».

Outre la France, la Russie a dit suivre la situation au Gabon avec une « profonde prĂ©occupation » et a dit surveiller de prĂšs ce qu’il s’y passe. La Chine quant Ă  elle a appelĂ© Ă  « garantir la sĂ©curitĂ© d’Ali Bongo ».

Le chef de la diplomatie europĂ©enne Josep Borrell a dĂ©clarĂ© que si ce coup d’Etat est confirmĂ©, il va « accroitre l’instabilitĂ© dans toute la rĂ©gion ».

AprĂšs l’annonce de la Commission Ă©lectorale, mardi nuit, de la rĂ©Ă©lection du prĂ©sident Ali Bongo – au pouvoir depuis 14 ans – pour un 3e mandat avec 64,27% des voix, des militaires ont aussitĂŽt annoncĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision nationale, l’annulation des Ă©lections et la dissolution des institutions. Ils disent avoir placĂ© Ali Bongo et sa famille en rĂ©sidence surveillĂ©e. Cependant, les militaires ont annoncĂ© l’arrestation de l’un des fils d’Ali Bongo accusĂ© de « haute trahison ».

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire