🔮 URGENT – Niger: la France « dĂ©ment les accusations infondĂ©es des putschistes »

0
2105

La France a rejetĂ©, mercredi, les accusations de violation de l’espace aĂ©rien nigĂ©rien et de libĂ©ration de terroristes ». Dans un communiquĂ© conjoint du ministĂšre français des Affaires Ă©trangĂšres et des ArmĂ©es, la France a dĂ©menti « fermement les nouvelles accusations infondĂ©es des putschistes au Niger ». Le communiquĂ© est ferme. « Aucun terroriste n’a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© par les forces françaises », peut-on lire.

Le communiqué explique que « les militaires français positionnés au Niger le sont à la demande des autorités nigériennes légitimes, pour lutter contre les groupes terroristes qui déstabilisent la région et martyrisent les populations dans le Sahel ».

« Ces dĂ©clarations contre la France constituent une nouvelle tentative de diversion, au moment oĂč la Cedeao multiplie les efforts de mĂ©diation afin de restaurer l’ordre constitutionnel au Niger », prĂ©cise le communiquĂ© conjoint.

S’agissant du mouvement aĂ©rien rĂ©alisĂ© ce jour au Niger dont la junte accuse la France d’avoir violĂ© son espace, le communiquĂ© prĂ©cise que cela a fait « l’objet d’un accord prĂ©alable et d’une coordination technique avec les forces nigĂ©riennes, autorisation confirmĂ©e par Ă©crit ».

« Aucune attaque contre un camp nigĂ©rien n’a eu lieu », indique la France et le communiquĂ© ajoute q’aucun terroriste n’a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© par les forces françaises qui luttent, note-t-il, contre ce flĂ©au depuis de nombreuses annĂ©es au Sahel au pĂ©ril de la vie de leurs soldats.

Plus tĂŽt mercredi, dans un communiquĂ© lu Ă  la tĂ©lĂ©vision publique, le porte-parole des militaires, le Colonel-major Amadou Abdramane a dĂ©clarĂ© que ce « jour 9 aoĂ»t 2023 aux environs de 6h30, la position de la garde nationale du Niger de Bourkou-Bourkou, 30km du site aurifĂšre de Samira, a fait l’objet d’une attaque ». A cet instant, explique-t-il, le bilan n’est pas encore Ă©tabli « toutefois, pour rappelle, Ă  travers une communication directe avec les partenaires occidentaux, le comportement des forces françaises a Ă©tĂ© fustigĂ© pour avoir d’une façon unilatĂ©rale, libĂ©rer des Ă©lĂ©ments terroristes prisonniers ».

Selon le communiquĂ©, « ces derniers ont Ă©tĂ© regroupĂ©s dans une vallĂ©e du village de Fitili, 28km au Nord-ouest de Yatakala, oĂč une rĂ©union de planification s’est tenue dans l’objectif d’attaquer des positions militaires dans la zone des trois frontiĂšres ».

« Ces chefs d’élĂ©ments terroristes libĂ©rĂ©s au nombre de 16 ont Ă©tĂ© apprĂ©hendĂ©s dans trois opĂ©rations dont deux en territoire nigĂ©rien », a rassurĂ© le colonel-major.

Et ce n’est pas tout. Le communiquĂ© prĂ©cise que « ces forces françaises ont fait dĂ©coller ce 9 aoĂ»t 2023 un avion militaire de type A400M de N’Djamena, Ă  6h01 ». « Cet aĂ©ronef a volontairement coupĂ© tout contact avec le contrĂŽle aĂ©rien Ă  l’entrĂ©e de notre espace, de 6h39 Ă  11h15 », selon le porte-parole de la junte.

Mardi, la Cedeao a expliquĂ©, le refus des soldats qui ont pris le pouvoir Ă  Niamey, de recevoir la mission tripartite (Cedeao, UA et ONU). Selon l’organisation, c’est tard la nuit (NDLR lundi) que la junte a annoncĂ© qu’elle ne pouvait pas recevoir la mission.

Plus tĂŽt lundi, la Cedeao a annoncĂ© qu’elle va tenir, jeudi prochain, un nouveau sommet extraordinaire sur la situation au Niger. Le sommet qui va se tenir Ă  Abuja, a Ă©tĂ© convoquĂ© par le PrĂ©sident Bola Tinubu, PrĂ©sident de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale du Nigeria et PrĂ©sident en exercice Cedeao, selon le communiquĂ© de l’organisation.

L’ultimatum de la Cedeao aux militaires qui ont pris le pouvoir Ă  Niamey a pris fin dimanche dernier. L’institution avait donnĂ© une semaine Ă  la junte pour restaurer l’ordre constitutionnel en ramenant le PrĂ©sident Bazoum.

Dimanche soir, les militaires Ă  Niamey – dans une sĂ©rie de communiquĂ©s – ont fermĂ© leur espace aĂ©rien face Ă  une imminente intervention militaire qui se prĂ©ciserait.

Ils ont aussi affirmĂ© qu’un prĂ©-dĂ©ploiement pour la prĂ©paration de l’intervention militaire a Ă©tĂ© fait dans 2 pays d’Afrique centrale. La junte a mis en garde. « Tout pays impliquĂ© sera considĂ©rĂ© comme cobelligĂ©rant », note le communiquĂ©.

Les militaires ont indexĂ© une puissance Ă©trangĂšre, sans la nommer, qui s’apprĂȘterait Ă  « agresser le Niger en collaboration avec la CĂ©dĂ©ao et les groupes armĂ©s terroristes ».

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire