🔮 AblassĂ© OuĂ©draogo, victime de violation de sa libertĂ© et de sa vie privĂ©e, selon une lettre adressĂ©e au Directeur GĂ©nĂ©ral de la Police Nationale.

0
1856

Des officiers de police judiciaire ont « confisqué » deux tĂ©lĂ©phones et un ordinateur portable d’AblassĂ© OuĂ©draogo le 05 juin dernier, dans le cadre du dossier judiciaire intitulĂ© « appel Ă  incendier le palais du Moogho Naaba ». Depuis lors, les Ă©quipements n’ont pas Ă©tĂ© restituĂ©s. Vendredi, l’homme politique a dĂ©noncĂ© cette situation qu’il qualifie de « violation » de sa libertĂ© et de sa vie privĂ©e, dans une lettre adressĂ©e au Directeur GĂ©nĂ©ral de la Police Nationale.

Dans sa lettre, AblassĂ© OuĂ©draogo critique le non-respect des procĂ©dures lĂ©gales encadrant la saisie d’un bien mobilier ou immobilier, en ce qui concerne son cas. Selon le code de procĂ©dure pĂ©nale en vigueur au Burkina Faso, la saisie d’un bien mobilier ou immobilier nĂ©cessite une autorisation prĂ©alable du PrĂ©sident du Tribunal de Grande Instance, mais l’homme politique affirme que pour son cas, « le Procureur n’est informĂ© de rien ».

Son parti, Le Faso Autrement avait, le 7 juillet dernier, dĂ©noncĂ© cette situation qui n’a toujours pas Ă©voluĂ©e.

« Je me rĂ©serve le droit d’entreprendre toutes actions judiciaires consĂ©quentes », prĂ©vient AblassĂ© OuĂ©draogo dans sa lettre adressĂ©e au Directeur GĂ©nĂ©ral de la Police Nationale.

L’intĂ©gralitĂ© de la lettre Ă  lire ici đŸ‘‡đŸœ

Laisser un commentaire