🔮 Tunisie : Les migrants subsahariens non grata à Sfax

0
1307

Depuis mercredi, des migrants subsahariens font l’objet d’agressions de la part certains habitants de Sfax, dans le centre-est de la Tunisie, selon plusieurs agences et organes de presse internationaux. Des citoyens de la ville s’en sont pris aux migrants suite Ă  la mort d’un Tunisien de 41 ans, poignardĂ© lors d’affrontements lundi avec des migrants originaires d’Afrique subsaharienne.

Mardi, aprĂšs les funĂ©railles de la victime, des Tunisiens ont manifestĂ© dans la ville pour rĂ©clamer l’expulsion des migrants africains de Sfax.

Selon une déclaration commune du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux et de plusieurs organisations non gouvernementales, les autorités tunisiennes ont expulsé mardi « un groupe de 100 migrants » de Sfax vers la frontiÚre libyenne.

Le responsable du Forum des droits Ă©conomiques et sociaux a Ă©galement affirmĂ© Ă  l’AFP que plusieurs migrants ont Ă©tĂ© amenĂ©s par la police sur le site de la Foire de Sfax en attendant d’ĂȘtre transfĂ©rĂ©s ailleurs.

D’autres dizaines de migrants se sont Ă©galement prĂ©cipitĂ©s vers la gare ferroviaire de Sfax pour prendre des trains vers d’autres villes tunisiennes, selon l’AFP.

Les tensions entre les habitants et les migrants se sont intensifiĂ©es suite Ă  un discours prononcĂ© en fĂ©vrier par le prĂ©sident Kais Saied, condamnant l’immigration clandestine et la considĂ©rant comme une menace sur la dĂ©mographie de son pays. Le prĂ©sident Saied a dĂ©clarĂ© que la Tunisie « n’accepte pas sur son territoire ceux qui ne respectent pas ses lois, ni d’ĂȘtre un pays de transit (vers l’Europe) ou une terre d’accueil pour les ressortissants de certains pays africains ».

Un grand nombre de migrants choisissent de se rendre en Tunisie dans l’espoir de rejoindre l’Europe en traversant la mer et en dĂ©barquant clandestinement sur les cĂŽtes italiennes. Sfax est souvent utilisĂ©e comme point de dĂ©part pour de nombreuses traversĂ©es illĂ©gales en direction de l’Italie par voie maritime.

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire