🔴 L’ONU veut « faire mieux » pour une sortie de crise au Burkina

0
1807

L’ONU souhaite « faire mieux » pour accompagner le Burkina dans sa situation actuelle, a assuré au Président de la Transition le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et chef du bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Leonardo Santos Simao.

Reçu en audience, jeudi, par le Président Ibrahim Traoré, Leonardo Santos Simao a réaffirmé « la disponibilité des Nations unies et de toutes ses agences et institutions pour aider le pays à surmonter les difficultés et les défis du moment », notamment sur le plan économique, politique et social.

Avant Ouagadougou, Leonardo Santos Simao était, mardi, à Abidjan, où le président ivoirien Alassane Ouattara lui a signifié l’« impératif » du retour à des « régimes et des dirigeants démocratiquement élus » au Burkina, au Mali et en Guinée, tous sous régime de transition.

« Les préoccupations de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique de l’Ouest, qui portent notamment sur la situation dans les pays en transition ; le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, pour lesquels la tenue des élections dans les délais proposés est souhaitée, afin que ces pays disposent de régimes et de dirigeants démocratiquement élus », lui avait relevé Alassane Ouattara.

Le diplomate mozambicain, Leonardo Santos Simao, a remplacé depuis le 2 mai dernier Annadif Khatir Mahamat Saleh, du Tchad, au poste de Représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et Président de la Commission mixte Cameroun-Nigéria.

 

Yaya Diomandé / Oméga Médias

Laisser un commentaire