🔮InsĂ©curitĂ© : « Les groupes armĂ©s islamistes multiplient les atrocitĂ©s » au Burkina Faso (Human Rights Watch)

0
1815

 

« Des groupes armĂ©s islamistes au Burkina Faso ont tuĂ© des dizaines de civils, pillĂ© et incendiĂ© des biens, et forcĂ© des milliers de personnes Ă  fuir lors d’attaques menĂ©es Ă  travers le pays depuis la fin de l’annĂ©e 2022 », a dĂ©clarĂ© jeudi, Human Rights Watch.

Selon l’organisation de dĂ©fense des droits de l’homme, les groupes armĂ©s ont Ă©galement assiĂ©gĂ© plusieurs villes, privant les habitants de nourriture, de services essentiels et d’aide humanitaire.

En avril 2023, le gouvernement de Transition du Burkina Faso formĂ© en octobre 2022 a annoncĂ© « une mobilisation gĂ©nĂ©rale » dans le cadre d’un plan de reconquĂȘte des territoires « saisis par les groupes armĂ©s islamistes  » a indiquĂ© Human Rights Watch.

« Les groupes armés islamistes font des ravages au Burkina Faso en attaquant des villages et des villes et en commettant des atrocités contre les civils » a déclaré Carine Kaneza Nantulya, Directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watch qui ajoute que « les autorités de transition devraient travailler avec les organismes régionaux et les gouvernements préoccupés pour fournir une meilleure protection et une assistance renforcée aux personnes en danger. »

Human Rights Watch pointe du doigt l’État islamique et ses partenaires d’avoir endeuillĂ© beaucoup de familles.

« Depuis 2015, les gouvernements qui se sont succĂ©dĂ©s au Burkina Faso luttent contre une insurrection islamiste qui se propage depuis le Mali voisin et qui a fait des milliers de morts et provoquĂ© le dĂ©placement forcĂ© de prĂšs de deux millions de personnes » a notifiĂ© l’organisation qui atteste que les combats se sont « intensifiĂ©s » ces derniĂšres annĂ©es, au point que le Groupe de soutien Ă  l’islam et aux musulmans (GSIM), liĂ© Ă  Al-QaĂŻda, et, dans une moindre mesure, l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS) « contrĂŽlent dĂ©sormais jusqu’à 40 % » du territoire du Burkina Faso.

Charles Dah/Oméga médias

Laisser un commentaire