🔮[DIGNE D’INTÉRÊT] : « Hier c’était NAB et Alpha, aujourd’hui c’est Alain Alain et OMEGA, Ă  qui sera-ce le tour demain ? » (Édito de l’Observateur Paalga)

0
3165

Il faut croire que le fĂącheux prĂ©cĂ©dent de Mohamed Sinon n’aura servi Ă  rien. On pensait qu’aprĂšs la condamnation le 10 fĂ©vrier 2023 Ă  24 mois de prison avec sursis de cet activiste pro-Ibrahim TraorĂ© pour menaces sous condition, mise en danger de la vie d’autrui et d’intolĂ©rance sur les personnes de Newton Ahmed Barry et d’Alpha Barry que les individus de son acabit tourneraient dĂ©sormais la langue sept avant de parler. HĂ©las ! Il faut croire que la leçon n’a pas Ă©tĂ© bien retenue ou que la peine n’a pas Ă©tĂ© suffisamment dissuasive pour dĂ©courager Ă  jamais les futurs candidats.

On observe en effet depuis quelques jours, un retour de ces sorties nausĂ©euses qui font froid dans le dos. Dans des audios et des vidĂ©os qui ont circulĂ© ce week-end sur les rĂ©seaux sociaux, on voit en effet des pro-irissi Ă©ructer en colĂšre et baver littĂ©ralement de haine contre certains journalistes. Ils s’en prennent particuliĂšrement Ă  OMEGA FM et Ă  Alain Alain, appelant Ă  incendier le siĂšge du groupe de presse et le domicile de son animateur-vedette, voire Ă  attenter Ă  sa vie ; allant mĂȘme jusqu’à s’en prendre Ă  ses parents, coupables d’avoir enfantĂ© une telle personne. Un appel public donc Ă  tuer Ă  l’aune duquel on mesure toute la gravitĂ© du pĂ©ril qui nous guette et dont on espĂšre qu’il ne restera pas impuni. On n’avait jamais pensĂ© que notre cher Faso tomberait aussi bas.

Mais que diable le pauvre chroniqueur qui croque l’actualitĂ© sur un ton badin a-t-il pu bien commettre comme crime inexpiable pour mĂ©riter pareilles imprĂ©cations ? On cherche en vain. Et on tremble Ă  l’idĂ©e que l’irrĂ©parable – Ă  Dieu ne plaise – ne se produise avec des fous furieux de cette espĂšce qui pensent que le soutien au capitaine Ibrahim TraorĂ© leur confĂšre le droit de vie et de mort sur tous les BurkinabĂš, notamment ceux qui Ă©mettent la moindre critique ou la plus petite remarque sur la conduite de la Transition et l’action de son chef. Certes on loue sa dĂ©termination, que disons-nous, sa fougue de capitaine trentenaire Ă  nous sortir du bourbier sĂ©curitaire dans lequel nous nous dĂ©battons depuis sept ans mais sauf Ă  nous convaincre que le prĂ©sident du Faso est bon Dieu, et donc infaillible, il faut bien souffrir qu’on ne le caresse pas toujours dans le sens du poil. Sans pour autant ĂȘtre un valet local de l’impĂ©rialisme ou un complice des djihadistes.

Serait-ce une façon de faire rĂ©gner la terreur pour faire taire toutes les voix discordantes ? On a bien peur. Hier c’était NAB et Alpha, aujourd’hui c’est Alain Alain et OMEGA, Ă  qui sera-ce le tour demain ? La question mĂ©rite d’ĂȘtre posĂ©e dans un contexte oĂč la plume des pisse-copies tremble littĂ©ralement dĂšs qu’ils doivent aborder la situation nationale. La lutte contre le terrorisme doit-elle ĂȘtre prĂ©texte Ă  tout, en l’occurrence Ă  l’instauration d’un rĂ©gime de terreur et d’un terrorisme intellectuel qui peut dĂ©boucher sur tous les dĂ©rapages possibles ?

Il faut dire que l’attitude parfois Ă©quivoque des autoritĂ©s donne souvent l’impression d’une complicitĂ© passive, un feu Ă  tout le moins orange qui autorise ceux de leurs partisans Ă  passer dĂšs lors qu’ils sont engagĂ©s. AprĂšs avoir traitĂ© ses contempteurs d’apatrides (ce qu’un prĂ©sident ne devrait pas dire), IB, lors de son rĂ©cent sĂ©jour Ă  Kaya n’a-t-il pas dĂ©clarĂ© lui-mĂȘme dans une posture sankariste qu’il savait oĂč se cachait les rĂ©actionnaires et les soutiens des terroristes et qu’il irait les chercher ?

La parole prĂ©sidentielle est si prĂ©cieuse qu’il convient de l’utiliser Ă  bon escient car Ă  coup sĂ»r, de tels propos peuvent apporter de l’eau au moulin des Sinon et compagnie et les inciter Ă  passer Ă  l’acte. Attention donc, DANGER ! On vous aura prĂ©venus.

La RĂ©daction (Observateur Paalga)

Laisser un commentaire