🔮 Alassane Ouattara en visite de travail au Palais de l’ElysĂ©e

0
857

En visite d’État en France, le PrĂ©sident ivoirien Alassane Ouattara a pris part Ă  un dĂ©jeuner de travail en compagnie de son homologue français, Emmanuel Macron, ce mercredi, au Palais de l’ElysĂ©e.

« …j’ai eu un excellent dĂ©jeuner de travail avec le PrĂ©sident Emmanuel Macron », a Ă©crit le PrĂ©sident ivoirien sur son rĂ©seau social Facebook.

Alassane Ouattara d’expliquer Ă©galement que les Ă©changes ont portĂ©s « sur des sujets bilatĂ©raux et rĂ©gionaux d’intĂ©rĂȘt commun. »

Quelques jours avant cette visite de travail du PrĂ©sident ivoirien Ă  l’hexagone, le magazine Jeune Afrique rĂ©vĂ©lait que la Transition au Burkina sera Ă©galement Ă  l’ordre du jour de l’entrevue entre les deux chefs d’État.

Rappellant la rĂ©cente visite de Chrysoula Zacharopoulou, la secrĂ©taire d’État chargĂ©e du DĂ©veloppement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, JA avait expliquĂ© dans ses colonnes que cĂŽtĂ© français, malgrĂ© de rĂ©centes tensions diplomatiques, Paris souhaite poursuivre un partenariat « sous toutes ses dimensions » avec le Burkina Faso.

Toujours selon les confidences du journal qui cite des sources Ă  l’ÉlysĂ©e, la question de la prĂ©sence du dispositif militaire français en Afrique de l’Ouest et la fin de l’opĂ©ration Barkhane est au cƓur de ce dĂ©placement de Alassane Ouattara.

Le dĂ©part de Sabre, task force d’environ 300 membres des forces spĂ©ciales françaises basĂ©e Ă  Kamboinsin, pĂ©riphĂ©rie de Ouagadougou, a Ă©tĂ© actĂ© par les autoritĂ©s burkinabĂš.

 » La vision de la transition aujourd’hui, c’est que ce sont les BurkinabĂš eux-mĂȘmes qui vont consentir le sacrifice pour la libĂ©ration de notre territoire, pour la reconquĂȘte de l’intĂ©gritĂ© du territoire et surtout de la refondation » avait expliquĂ©, lundi, le porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel OuĂ©draogo.

« Cette dĂ©nonciation est dans l’ordre normal des choses parce qu’elle est prĂ©vue dans les termes de l’accord militaire qui permet le dĂ©ploiement des forces françaises ici au Burkina Faso » avait-il prĂ©cisĂ©.

Adam’s Kaled OuĂ©draogo/OmĂ©ga mĂ©dias

Laisser un commentaire