🔮 « LibĂ©ration » des 66 femmes: Le gouvernement entend traduire les auteurs devant les juridictions

0
1325

AprÚs la « libération », vendredi, des 66 femmes enlevées les 12 et 13 janvier à Arbinda (Sahel), le gouvernement a rassuré dimanche que les recherches se poursuivaient pour identifier et traduire les auteurs devant les juridictions compétentes.

Le gouvernement qui s’est rĂ©jouit de la « libĂ©ration » des 66 femmes enlevĂ©es, a saluĂ© « l’engagement et la dĂ©termination des Forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ©
burkinabÚ, qui ont permis de localiser les victimes de cet enlÚvement dans la région du Centre-nord et de les libérer saines et sauves ».

Selon le communiquĂ© elles Ă©taient au nombre de 66 dont 27 ĂągĂ©es de 18 Ă  56 ans et 39 de 0 Ă  18 ans ainsi que 4 nourrissons. Le gouvernement prĂ©cise qu’aprĂšs leur libĂ©ration, elles ont ensuite toutes Ă©tĂ© convoyĂ©es le mĂȘme jour Ă 
Ouagadougou et les dispositions ont été prises pour leur prise en charge psycho-sociale.

Le communiqué indique que les recherches se poursuivent pour identifier et traduire les auteurs de cet enlÚvement devant les juridictions compétentes.

Le gouvernement qui a fĂ©licitĂ© l’ensemble des Forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© pour le professionnalisme et le sacrifice dont elles font montre dans le cadre de la sĂ©curisation du territoire et de la protection des populations et de leurs biens a invitĂ© l’ensemble de la population burkinabĂš Ă  une franche collaboration avec les Forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ©, ainsi qu’au strict respect des consignes
de sécurité édictées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Aussi, il dit rester fermement engagé à ne ménager aucun effort pour la protection des populations contre les violations et atteintes aux droits humains.

Lamine Traoré / Oméga médias

Laisser un commentaire