🔮G5 Sahel : vers une redynamisation!

0
524

Les ministres des Affaires Ă©trangĂšres des pays membres du G5 Sahel ont Ă©tĂ© reçus mercredi 18 Janvier par le PrĂ©sident tchadien pour Ă©valuer la situation de l’institution.Cette rĂ©union des ministres des Affaires Ă©trangĂšres devrait dĂ©boucher sur des rĂ©solutions qui seront soumises au prochain sommet des chefs d’État et de gouvernements pour adoption.

Les chefs de la diplomatie de la Mauritanie, du Tchad, du Burkina et du Niger entendent ainsi « apporter un appui politique » afin de « donner un nouveau souffle » Ă  l’institution communautaire. Selon un communiquĂ© de la prĂ©sidence du Tchad, les diffĂ©rents chefs de la diplomatie, en compagnie notamment de Mohamed Salem Ould Merzoug, le SecrĂ©taire exĂ©cutif du G5 Sahel et de l’ambassadeur Mahamat Saleh Annadif, ministre coordonnateur, « sont venus rendre compte de l’Ă©tat d’avancement de leurs travaux et recueillir les orientations du prĂ©sident en exercice du G5 Sahel ».

La note prĂ©sidentielle rappelle qu’ « en marge du Sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA), le 25 novembre 2022 en terre nigĂ©rienne, le chef de l’État tchadien et prĂ©sident en exercice du G5 Sahel, GĂ©nĂ©ral Mahamat Idriss DĂ©by Itno, avait prĂ©sidĂ© une rĂ©union de concertation des chefs d’État des pays membres » avec pour objectif d’impulser un nouvel Ă©lan qui permettra de lutter efficacement contre les terroristes prĂ©sents au Sahel.

Le communiquĂ© souligne aussi que depuis le retrait du Mali, le 15 mai 2022, Ă  cause du refus qui lui Ă©tait opposĂ© d’assurer la prĂ©sidence, le G5 Sahel « bat de l’aile ». Face Ă  cette situation, les chefs d’État de la Mauritanie, du Niger et du Tchad s’Ă©taient rĂ©unis le 25 novembre dernier Ă  Niamey et ils ont chargĂ© les ministres des Affaires Ă©trangĂšres de leurs pays respectifs de se concerter en vue de dĂ©gager une vision partagĂ©e pour redynamiser les activitĂ©s du G5 Sahel.

Le 10 Janvier dernier lors d’une rĂ©union, les ministres en charge de la DĂ©fense des pays membres du G5 Sahel ont dĂ©cidĂ© de l’intensification des plaidoyers auprĂšs des partenaires et des organisations internationales pour accompagner la nouvelle montĂ©e en puissance de la Force Conjointe du G5 Sahel ainsi que le renouvellement de son mandat, le souhait de voir le Mali « pays frĂšre » rĂ©intĂ©grer le G5 Sahel dans « l’intĂ©rĂȘt commun de nos pays respectifs ». Ils ont aussi

ont exprimĂ© leur volontĂ© Ă  coopĂ©rer sur le plan sĂ©curitaire avec tous les mĂ©canismes de sĂ©curitĂ© dans l’espace environnant.

« MalgrĂ© les difficultĂ©s, l’idĂ©e de la crĂ©ation du G5 Sahel demeure pertinente en termes de vision stratĂ©gique et en tant que catalyseur des synergies rĂ©gionales pour une culture d’actions communes. Il est donc important de la pĂ©renniser et de la fortifie », a dĂ©clarĂ© le Ministre d’État, Mahamat Saleh Annadif.

Le G5 Sahel a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en fĂ©vrier 2014 suite au coup d’État de 2012 au Mali et Ă  l’invasion des rĂ©gions du nord par les groupes terroristes. Il est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopĂ©ration sous-rĂ©gionale en matiĂšre de stratĂ©gies de dĂ©veloppement et de sĂ©curitĂ© dans la lutte anti-terroriste.

Bruno Bayala/Oméga médias

Laisser un commentaire