Kaya (Centre-Nord) : La fondation Yari Marchal Touré organise un arbre de Noël au profit des enfants déplacés internes

0
961
La fondation Yari Marchal Touré organise un arbre de Noël au profit des enfants déplacés internes
La fondation Yari Marchal Touré organise un arbre de Noël au profit des enfants déplacés internes

La fondation Yari Marchal Touré a organisé le jeudi 22 décembre 2022 un arbre de noël au profit d’une centaine d’enfants déplacés internes au niveau du quartier Dimassa de la ville de Kaya qui accueille un grand nombre de personnes déplacées internes ayant fui les multiples attaques des hommes armés non identifiés.

Ces enfants déplacés internes ont reçu chacun des jouets
                                        Ces enfants déplacés internes ont reçu chacun des jouets

Au cours de cet arbre de noël, ces enfants déplacés internes ont reçu chacun des jouets ainsi que des denrées alimentaires. L’objectif recherché était de créer un cadre de convivialité pour égayer ces enfants déplacés internes qui n’ont pas toujours la chance de fêter comme les autres enfants de leur âge. « Ce geste, c’est pour leur faire savoir qu’ils ont droit au bonheur de la fête de Noël et de fin d’année. Et nous prions que très bientôt, ces déplacés, composés de beaucoup d’enfants, rejoignent leur habitat respectif », a indiqué l’assistante personnelle du fondateur, Jacqueline Nacanabo.

Ce geste de la fondation Yari Marchal Touré, ravie les bénéficiaires jusqu’au président du site des déplacés internes Boubakaré Maiga. « Nous sommes vraiment heureux de la visite de la Fondation. Les parents de ces enfants déplacés leur remercient du fond cœur. Que Dieu aide la fondation pour qu’il puisse faire encore plus d’œuvre de ce genre », a-t-il déclaré. La fondation promet poursuivre sur cette lancée afin de donner le sourire aux personnes les plus vulnérables.

La Fondation Yarie marchal Touré est un organisme humanitaire et social dont l’objectif vise à renforcer les capacités des populations les plus défavorisées à améliorer par elles-mêmes leurs conditions de vie.

Jean-Paul Abdallah Ouédraogo

Laisser un commentaire