🔴 VDP: Le gouvernement crée un Fonds de soutien pour l’effort de guerre de 100 milliards de FCFA

0
2877

Le gouvernement a annoncé, vendredi, la mise en place d’un « Fonds de soutien pour l’effort de guerre » qui devra permettre de mobiliser 100 milliards de FCFA. L’annonce a été faite par le ministre de l’Economie à l’issue d’une rencontre entre le Capitaine Ibrahim Traoré et l’Unité d’action syndicale (UAS), le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) et l’ensemble des coordinations des syndicats des différents départements ministériels.

« Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le gouvernement a décidé de recruter 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Ces VDP seront payés à 60 000 FCFA par mois et par personne; ce qui doit mobiliser 36 milliards FCFA par an pour leur prise en charge », a indiqué le ministre de l’Economie Aboubacar Nacanabo annonçant la mise en place de ce Fonds de soutien pour l’effort de guerre.

Selon la le communiqué de la présidence du Faso citant le ministre de l’Economie, « outre cette prise en charge, il y a des armes à payer pour les équiper, des tenues pour leur habillement, des engins et du carburant pour le déplacement. Et tout cela est évalué à 106 milliards FCFA ».

Le ministre Nacanabo a précisé que le projet de budget exercice 2023 présente déjà un déficit de 600 milliards FCFA qui ne prend pas en compte le recrutement des VDP, d’où la nécessité de la création de ce fonds qui doit permettre de lever 100 milliards FCFA pour l’année 2023.

Pour alimenter ce fonds, le gouvernement, indique le communiqué de Kosysm, a proposé aux partenaires sociaux plusieurs sources à savoir une contribution volontaire de chaque Burkinabè, le prélèvement de 1% sur le salaire net des travailleurs du public, du privé, des membres de l’ALT, des prélèvements sur les taxes sur certains produits de grandes consommations, exceptés les produits de première nécessité. « Les produits concernés sont, entre autres, la boisson, le tabac, la connexion Internet, les produits de cosmétique et la parfumerie », note le communiqué.

Selon le ministre de l’Economie, le gouvernement table aussi sur la contribution de certaines sociétés disposant de fonds, comme à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), la Loterie nationale du Burkina (LONAB), le fonds minier de développement local.

« Nos estimations nous amènent à 80 milliards FCFA, mais nous pourrons faire des efforts au niveau du budget de l’Etat pour le complément », fait savoir Aboubacar Nacanabo.

Pour assurer une transparence totale dans la gestion du fonds, le gouvernement prévoit la création d’un site Web pour la publication de toutes les informations de façon continue sur la collecte et les dépenses, et la mise en place d’un comité de gestion du fonds. Ce comité, selon la présidence, sera composé de personnes de bonne moralité, des organisations syndicales, du REN-LAC, de l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE/LC).

Lamine Traoré

Laisser un commentaire