🔮 [DIGNE D’INTÉRÊT] – AblassĂ© OuĂ©draogo parmi les manifestants Ă  Kamboinsin: Sa mise au point !

0
3830

Ceci est une déclaration de Ablassé Ouédraogo sur sa prétendue participation à la manifestation « anti-français » du 19 novembre 2022, à Kamboinsin. Le Président du parti « Le Faso Autrement » revient sur les faits et fait une mise au point.

Lire la suite ici👇

Ouagadougou, le 20 novembre 2022

MISE AU POINT DE Dr ABLASSE OUEDRAOGO, PRESIDENT DU PARTI LE FASO AUTREMENT, SUR SA PRETENDUE PARTICIPATION A UNE MANIFESTATION ANTI-FRANCAISE DE PRO-RUSSES CONTRE LA FRANCE, A KAMBOINSIN SUR BLA ROUTE DE DABARE,
LE 18 NOVEMBRE 2022

Depuis quelques heures circule sur la toile, à mon insu, sans mon consentement et à mon corps défendant, des images me présentant comme un participant à la marche anti française et pro-russe mentionnée en objet.

Il n’en est rien car Dr AblassĂ© OUEDRAOGO s’est retrouvĂ© pris en otage pendant 20 minutes sur le lieu de la manifestation Ă  Kamboinsin sur la route de son village DabarĂ©, situĂ© Ă  32 Kms de Ouagadougou dans la Commune rurale de PabrĂ© avec le corps de sa belle-sƓur Mme Rihanata Ouedraogo/KanazoĂ© dĂ©cĂ©dĂ©e autour de 07h 30 ce vendredi 18 novembre 2022 d’une crise de diabĂšte au Centre Hospilalier Universitaire de SCHIFFRA.

Voici les faits :

Il Ă©tait 13h30, quand je suis tombĂ© Ă  Kamboinsin sur la manifestation avec le cortĂšge funĂ©raire en route pour le village pour l’enterrement de la dĂ©funte belle-sƓur.

A Kamboinsin, au lieu de la manifestation des barricades avaient Ă©tĂ© dressĂ©es sur la route. L’un des responsables de la manifestation, un certain Sankara, Ă©leveur de son Ă©tat vivant Ă  Saaba, m’a contraint de descendre de mon vĂ©hicule pour marcher avec eux avant que la route ne soit ouverte pour permettre au cortĂšge funĂ©raire de passer.

Sur les images diffusĂ©es, c’est la personne que j’ai prise sous mon Ă©paule droite pour nĂ©gocier.

Au bout de 20 minutes de nĂ©gociations et d’explications, la route nous a Ă©tĂ© ouverte et nous avons pu continuer notre voyage au village. La dĂ©funte a Ă©tĂ© mise sous terre Ă  16h00 et nous avons regagnĂ© Ouagadougou en dĂ©but de soirĂ©e.

Paix Ă  l’ñme de la dĂ©funte belle- sƓur Rihanata et Union de priĂšres.
Donc, plus de peur que de mal mais nous avons eu trĂšs chaud au milieu de la foule de manifestants excitĂ©s. Je puis vous rassurer que j’ai eu des sueurs froides mais dans l’ensemble tout s’est passĂ© pour le mieux.

De ce que j’ai vĂ©cu malgrĂ© moi et contre ma volontĂ©, je peux dire que le dĂ©sordre et la gouvernance par la rue prennent une importance effrayante dans notre pays.

Il appartient donc au PrĂ©sident de la Transition, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TraorĂ©, de prendre ses responsabilitĂ©s pour y mettre fin, car Ă  terme cette tendance pourrait se retourner contre lui-mĂȘme et de toutes les façons Ă  cette allure tout le monde pourrait y passer.

Pire et c’est le comble, nos valeurs sociales cardinales comme le respect de la mort foutent le camp. Cela fait trùs peur pour notre avenir.

L’un dans l’autre, de ma connaissance et de mon expĂ©rience en matiĂšre politique et des relations internationales, je voudrais attirer l’attention des plus hautes autoritĂ©s de notre pays sur la nĂ©cessitĂ© et l’urgence de sensibiliser et de discipliner le citoyen burkinabĂš au respect de l’autre.

Il est évident que le respect et la considération que nous attendons des autres, notamment des pays amis et des partenaires, dépendront de notre comportement et de notre disposition à les considérer et à les respecter.

En la matiÚre, les autorités morales de notre pays ont aussi leurs contributions à apporter en soutien aux actions des gouvernants.

Dieu sauve le Burkina Faso, notre bien et notre dénominateur communs.

« Rien n’arrĂȘte une idĂ©e arrivĂ©e Ă  son heure »

Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Laisser un commentaire