🔮 Paul-Miki Roamba inhumĂ© au cimetiĂšre de Gounghin

Le Directeur de OmĂ©ga mĂ©dias Paul-Miki Roamba, 42 ans, a Ă©tĂ© inhumĂ©, mardi, au cimetiĂšre de Gounghin Ă  Ouagadougou. DĂ©cĂ©dĂ© le samedi 10 septembre 2022 Ă  l’hĂŽpital de Tengandogo, parents, amis, collaborateurs, acteurs du monde de la presse, ont accompagnĂ© celui dont tous ont tĂ©moignĂ© son ouverture, sa sagesse, son humilitĂ© et son ardeur au travail, Ă  sa derniĂšre demeure.

Une journĂ©e pour Paul-Miki Roamba. Oui. Beaucoup de ses collaborateurs, proches et autres amis, au rĂ©veil ce mardi se sont dirigĂ©s d’abord au domicile de Miki, situĂ© au quartier Balkuy sortie Sud de Ouagadougou, pour la levĂ©e de corps.

Ensuite cap a Ă©tĂ© mis sur l’église Saint Jean XXIII, quartier Gounghin pour l’absoute. « Il (Paul-Miki Roamba) a su plaire Ă  Dieu et Dieu l’a aimĂ©. Il n’est pas possible de plaire Ă  Dieu, sans plaire aux hommes (…) Il a travaillĂ©, il a souffert, il a servi (…) Il a aimĂ© le Seigneur », a dit le prĂȘtre.

« Miki, ta famille UCAP est inconsolable. Or, habituellement, en de pareilles circonstances, c’est bien toi, taquin que tu Ă©tais, qui trouvait les gestes et les mots justes Ă  travers tes blagues pour  nous remonter le moral, pour attĂ©nuer la douleur. L’Afrique des journalistes et communicateurs catholiques n’en revient pas », a dĂ©clarĂ© Alexandre Le Grand Rouamba, PrĂ©sident de l’Union catholique africaine de la presse (UCAP) Burkina et Afrique de l’Ouest. Un rĂ©seau dont Ă©tait membre Paul-Miki.

« Pourquoi Miki ? Pourquoi si tĂŽt ? Pourquoi si brusque ? Oui, Mil Pauki (C’est comme cela que je t’appelais), Mil Pauki, tel un bon tireur de pĂ©nalty, tu nous prends tous Ă  contre-pied », affirme Alexandre Le Grand Ă  l’église.

PriĂšres et bĂ©nĂ©dictions terminĂ©es Ă  l’église, le cortĂšge funĂšbre s’est dirigĂ© vers le cimetiĂšre de Gounghin. LĂ , c’est pratiquement tout le gotha de la presse burkinabĂš qui est rĂ©uni. Doyens comme jeunes. De peur d’en oublier certains, nous ne saurons citer de noms. Exceptionnel pour un Ă©vĂ©nement de ce type. C’est dire que l’homme Paul-Miki mettait tout le monde d’accord. Des reprĂ©sentants des radios privĂ©es, des tĂ©lĂ©visions privĂ©es, la sociĂ©tĂ© des Ă©diteurs de la presse privĂ©e, tous ont tĂ©moignĂ© un homme bien !
Le promoteur de OmĂ©ga mĂ©dias, Alpha Barry, mĂȘme hors du pays, a tenu a laissĂ© un mot pour Miki en guise d’oraison funĂšbre.

« Aujourd’hui, j’ai l’immense peine de m’adresser Ă  toi dans ces circonstances que personne d’entre nous rĂ©unis ici ne pouvait imaginer il y a quelques jours.
MĂȘme toi tu n’avais pas envisagĂ© ce scĂ©nario catastrophique, que dis-je, ce drame.
Tu n’avais pas voulu qu’on informe tes collaborateurs de OmĂ©ga MĂ©dias de ton hospitalisation parce que tu espĂ©rais vite retrouver la santĂ© et revenir en quelques trois jours », a lu le reprĂ©sentant du promoteur, le Directeur commercial de OmĂ©ga mĂ©dias, Moussa Edouard OuĂ©draogo.

Alpha Barry a saluĂ© le talent d’un journaliste qui lui a valu son recrutement Ă  OmĂ©ga MĂ©dias, un talent exercĂ© bien avant dans de nombreux mĂ©dias de la place.

« Ta mĂšre, pour qui j’ai une forte pensĂ©e au moment oĂč nous allons te porter en terre, me disait au tĂ©lĂ©phone il y a 3 jours que tu Ă©tais content de travailler pour OmĂ©ga », tĂ©moigne M. Barry et de rassurer Paul que les travailleurs de OmĂ©ga Ă©taient tout aussi content de travailler avec lui. « Tu Ă©tais un patron humble et rassembleur. Ce n’est pas pour rien que partout oĂč tu es passĂ©, tu as jouĂ© les premiers rĂŽles », indique le promoteur.

« (…) Impuissants face Ă  cette volontĂ© divine, nous te disons Adieu avec nos priĂšres pour ton repos Ă©ternel », a ajoutĂ© le promoteur Barry.

Dernier acte avant l’inhumation, la dĂ©coration Ă  titre posthume. Paul-Miki a Ă©tĂ© fait, au nom du PrĂ©sident du Faso, chevalier de l’ordre de l’Etalon par la ministre de la Communication ValĂ©rie KaborĂ©. Et c’est le dernier au revoir. Miki a Ă©tĂ© inhumĂ© en prĂ©sence de ses parents, amis, collĂšgues de OmĂ©ga mĂ©dias, LCA, BF1, Ouaga FM, Journal le Quotidien, journal Le Pays, Courrier confidentiel, Notre Temps
 des travailleurs d’autres mĂ©dias du pays. Adieu Paul !

Lamine Traoré

Laisser un commentaire