🔴 « Il n’y a pas à manger » dans la province du Lorum

Les habitants de la province du Lorum subissent une crise alimentaire dûe à l’activité terroriste, a alerté le collectif « SOS LORUM », à travers une conférence de presse tenue ce vendredi 2 septembre à Ouagadougou. Les populations de la province vivent une situation catastrophique selon le porte-parole du collectif.

« La ville de Titao qui abrite le gros contingent de déplacés (Personnes déplacées internes NDLR), manque de vivre. Il n’y a ni sorgho, ni mil, ni maïs, dans la ville de Titao depuis belle lurette. Les feuilles vertes comestibles sauvages, les aubergines sauvages sont devenues le déjeuner et le dîner », a laissé entendre Inoussa Kirakoya, porte-parole du collectif Sos Lorum.

« On ne peut plus attendre il faut faire quelque chose », a ajouté Inoussa Kirakoya.

A l’en croire, le dernier ravitaillement en vivre des populations de la province, remonte à mai dernier.

« Le détachement militaire qui est à Titao, eux, l’hélicoptère militaire les ravitailles (…) alors qu’il y a tout une population qui les attend pour manger », a affirmé Omar Kagoné, un ressortissant de la province.

Située à moins d’une cinquantaine de kilomètres de Ouahigouya, la province du Lorum, selon ses ressortissants,  devient de plus en plus isolée depuis la mort du célèbre VDP l’hadji Yoro. Pour le collectif Sos Lorum, il faut un ravitaillement immédiat et conséquent en vivre et autres produits de première nécessité au profit des communes de Titao, Solle, Banh et Ouindigui.

 

Valérie Guéré

Laisser un commentaire