Solidarité nationale : des vivres pour les déplacés internes de Niongnogo, à Dapelogo

L’opération de distribution gratuite de vivres et de cash transfert au profit de personnes vulnérables lancée vendredi par le Président du Faso a touché d’autres cœurs. Un groupe de jeunes ont répondu à l’appel de solidarité lancé par le président du Faso Paul-Henri Damiba. Ils ont offert dimanche, des vivres et des habits aux déplacés internes du village de Niongnogo, à Dapelogo.

Ce sont près de 472 déplacés qui ont bénéficié de l’élan de solidarité de «Bassemyam Solidarity». Ces jeunes sont allés traduire leur compassion et solidarité aux personnes déplacées internes en leur apportant des vivres et des habits. Premier du genre, ce geste est le fruit d’une collecte. Il vise d’une part à participer à l’effort humanitaire collectif souhaité par le Président du Faso et d’autre part, susciter une véritable chaine de solidarité à l’endroit des personnes déplacées internes estimés à ce jour à plus de deux millions sur l’ensemble du territoire.

Ezedine Boly, porte-parole des donateurs a expliqué que «c’est un groupe d’amis. Nous sommes venus exprimer notre solidarité auprès de nos frères et sœurs déplacés. C’est pour répondre à l’appel du Chef de l’Etat. Nous estimons qu’il faut donner l’exemple. Ce n’est pas que nous avons beaucoup de moyens mais quand nous voyons ces hommes et ces femmes qui ont quittés leur foyer dans des conditions difficiles, on se dit qu’on doit faire quelque chose pour leur venir en aide».

Ce dont est composé de sacs de riz, de maïs, de bidons l’huile et des effets d’habillement. Un geste qui a été salué par Alidou Yaméogo, responsable du service social de la mairie de Dapelogo. Ce dernier à traduit toute la gratitude et la reconnaissance de la commune aux donateurs du jour. Il a invité d’autres bonnes volontés à suivre cet exemple de solidarité et d’humanisme car la commune compte 8 sites de déplacés.

A travers leur porte-parole Mahamadi Sawadogo, les bénéficiaires très heureux ont remercié et traduit leurs bénédictions à ces bonnes volontés qui ont pensé à eux. «Nous sommes originaires du Bam, plus précisément de Namsiguia, département de Bourzanga. Nous avons fui à cause des exactions. Nous sommes installés ici depuis trois mois et c’est la première fois que nous recevons de l’aide. En fuyant, nous avons tout laissé derrière nous, nos champs, nos maisons, nos vivres a t-il indiqué.

Convaincu que nul ne doit rester insensible face à la souffrance de son prochain, Inoussa Kaboré, coordonnateur de Bassemyam Solidarity, a invité tout un chacun à agir à sa manière, à son échelle dans l’optique d’apporter un sourire aux personnes déplacées internes.

Laisser un commentaire