Burkina : bientôt un nouveau centre de formation professionnelle pour les veuves des FDS morts au combat

L’association « Go Paga » apporte sa contribution pour l’insertion socio professionnelle des veuves des forces de défense et de sécurité (FDS) tombés au front. Cela s’est matérialisé le mardi 26 juillet 2022 par la pose de la première pierre d’un nouveau centre de formation professionnelle dont les travaux de construction sont financés par la Loterie Nationale Burkinabè (LONAB).

D’un coût global estimé à 50 millions de FCFA, ce nouveau centre de formation professionnelle pour les veuves des FDS morts au combat sera érigé à Ouagadougou, précisément au sein du camp de la compagnie républicaine de sécurité (CRS). Le délai d’exécution des travaux est de trois mois et d’ici septembre, les initiateurs du projet espèrent que le centre sera fonctionnel et prêt à accueillir.

Il sera doté d’un pool de formateurs hautement qualifiés et d’équipements adéquats et adaptés. Les apprenantes bénéficieront de formation en couture, en saponification, en art culinaire, en coiffure, en agriculture hors sol, en transformation des produits alimentaires. Quant à la durée de la formation, elle peut être de six mois ou deux ans.

Outre la formation professionnelle, ce centre pourvoira également à l’éducation des orphelins des FDS décédés au combat. A cet effet, une crèche y sera construite.

L’inscription au centre de formation se fait en collaboration avec les forces de défense et de sécurité. Bien que logé dans le camp de la compagnie républicaine de sécurité, ce centre ouvre ses portes à toutes veuves des « militaires et paramilitaires », précise Fadima Kambou présidente de l’association « Go Paga ». « Ce projet vise l’autonomisation des veuves qui, après la disparition de leurs époux font face à de nombreuses charges », a-t-elle indiqué.

Les bénéficiaires de ce projet ont salué l’initiative de l’association « Go Paga ». « C’est avec joie que nous accueillions ce projet. Il va permettre à nombreuses d’entre nous de se prendre en charge », a laissé entendre la présidente des veuves au niveau de la police, Zaïnata Sanfo.

D’autres initiatives similaires visant à aider les veuves et orphelins des FDS morts au combat sont en cours ou ont été réalisées dans certaines villes du Burkina. A ce titre, des centres sont en construction au sein du camp de la gendarmerie de Paspanga (Ouagadougou) et à Bobo Dioulasso. Un centre situé au sein du camp Sangoulé Lamizana à Ouagadougou est déjà fonctionnel.

Solomane Nikiema et Abdoul Aziz Zoulabou

Laisser un commentaire