Triple-saut : La folle progression de Zango, l’un des triple-sauteurs les plus redoutables de la planète

Il visait la lune, il est finalement tombé sur les étoiles. En décrochant la médaille d’argent ce 24 juillet aux mondiaux de Eugene aux Etats-Unis, Hugues Fabrice Zango a une fois de plus confirmé qu’il reste l’un des triple-sauteurs les plus redoutables de la planète, derrière l’intouchable Pedro Pichardo, qui a frôlé les 18m (17,95) dès son premier essai.

Détecté lors de l’USSU-BF, l’Union des Sports Scolaires et Universitaires du Burkina Faso par Christian Sanon, Hugues Fabrice Zango a frappé son premier grand coup lors des championnats d’Afrique 2016, à Durban, en Afrique du Sud, en portant son record personnel à 16,81 m et en décrochant la médaille d’argent. Il est vice-champion.

En juillet 2017, Zango s’offre sa première médaille d’or aux Jeux de la francophonie à Abidjan (16,92 m) mais rate les mondiaux de Londres, faute de visa. Quelques mois après, le natif de Ouagadougou s’offre l’argent à l’Universiade à Taipei (16,97 m).

Les performances vont s’enchaîner. Et là, il fera parler la poudre en battant le record d’Afrique, vieux de 36 ans du Nigerian Ajayi Agbebaku avec un nouveau record d’Afrique (17,23m).

Août 2018, Zango est pour la première fois, champion d’Afrique. En juillet, il est champion de France en battant son propre record d’Afrique dès le premier essai (17,50 m). Le Burkinabè est attendu de pied ferme aux mondiaux de Doha au Qatar. Cette fois, il obtient son visa et décroche la médaille de bronze derrière les Américains Christian Taylor et Will Claye. Bonus, il améliore le record d’Afrique qui passe à 17,66m.

Hugues Fabrice Zango ne veut rien laisser. En février 2020, il bat le record d’Afrique du triple saut en salle (17,77 m).

Le record du monde en salle va tomber le 16 janvier 2021. Et c’est Hugues Fabrice Zango qui le pulvérise avec une marque à 18,07. Il est le  premier athlète de l’histoire à dépasser la barre des 18 mètres en salle.

Après le record en salle, il s’attaque au record d’Afrique qu’il détient. En juillet 2021, il l’écrase au meeting de Székesfehérvár avec 17,82 m et termine deuxième derrière le  Portugais Pedro Pichardo.

Viennent les Jeux Olympiques de Tokyo organisés en 2022. Le Burkina n’a jamais obtenu de médaille olympique dans son histoire. Mais Zango est là, porte-drapeau de son pays. Pichardo est aussi là. Le 5 août, il décroche le bronze (17,47 m), derrière Pichardo et le Chinois Zhu Yaming. Zango est le premier médaillé olympique du Burkina.

Devenu un des athlètes les plus puissants de la planète, le Burkinabè l’a démontré ce 24 juillet avec la médaille d’argent à Eugene aux Etats-Unis. S’il n’a pas pu battre Pichardo, il s’est classé cette fois devant le Chinois Yaming Zhu qui l’avait devancé aux JO.

Bernabé Kabré

Laisser un commentaire