🔮 Kaya – Tension toujours vive entre agents de la mairie et militaires

Les agents de l’état civil de la mairie de Kaya ont décidé de suspendre la délivrance de documents d’état civil aux militaires de la ville. Ils en ont fait l’annonce mardi à l’occasion d’un rassemblement spontané au haut-commissariat du Sanmatenga.

Ils ont aussi décidé d’un arrêt de travail de 72 heures renouvelables, pour exiger une réparation après les violences qu’ils ont subies mardi, lors d’une expédition punitive des soldats au sein de la mairie de Kaya.

C’est une affaire qui remonte à l’après-midi du 14 juin 2022, lorsqu’un groupe de militaires a fait irruption dans les locaux de la mairie de Kaya (qui abrite aussi la direction de la police municipale), pour en découdre avec les policiers municipaux, en représailles à une altercation survenue plus tôt lors d’une mission de contrôle de la circulation routière, au cours de laquelle un militaire en civil avait été interpellé et sa moto confisquée. Cet incident violent avait fait 5 blessés parmi les policiers municipaux de Kaya, dont leur directeur, tous admis au centre hospitalier régional de ladite ville.

Très en colère après ce double incident, les travailleurs de la mairie de Kaya ont quitté leurs bureaux le lendemain mercredi 15 juin, pour une manifestation devant le haut-commissariat de Kaya. Ils ont été reçus par le maître des lieux, Auguste Kinda, qui dit comprendre leur colère, pour avoir été témoin oculaire des incidents.

Qu’à cela ne tienne, les travailleurs de la mairie de Kaya maintiennent leur décision d’arrêt de travail de 72 heures et celle de ne pas délivrer de documents d’état-civil aux militaires, jusqu’à ce que justice et réparation leur soient rendues.

Cette affaire qui a enflammé la toile depuis mardi a complètement dégradé les relations entre le personnel de la municipalité et les soldats de la première région militaire basée dans la même ville de Kaya. Certains internautes en profitent aussi pour narguer la police municipale de Kaya qui, vraisemblablement, n’avait déjà pas bonne réputation au sein d’une partie de l’opinion publique dans la cité des cuirs et des peaux.

Paul-Miki Roamba

Laisser un commentaire