Droits et devoirs des communautés vivant au Burkina : Un atelier d’information et de sensibilisation organisé par le ministère des affaires étrangères

Le ministère des affaires étrangères de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur a tenu le jeudi 9 juin 2022 à Ziniaré dans la région du Plateau central un atelier d’information et de sensibilisation sur les droits et devoirs des communautés vivant au Burkina Faso. L’ouverture des travaux a été présidée par le haut-commissaire de la province de l’Oubritenga, Monsieur Albert Zongo, représentant le gouverneur de la région du Plateau central.

Les droits et devoirs des communautés étrangères vivant au Burkina sont identiques à ceux des Burkinabè à l’exception de la nationalité qui filtre les candidats qui veulent passer les examens et les concours de la fonction publique. Pour aider à sortir de cette crise, Gastien Kolani, président des communautés invite les forces de défense et de sécurité à procéder au filtrage au niveau des frontières burkinabè.

Ayant étalé leurs préoccupations à travers cet atelier, le haut-commissaire Albert Kouilga, représentant le gouverneur du plateau central, rassure quant à son accompagnement aux communautés étrangères vivant au Burkina.

Intégration, vivre ensemble, et cohésion sociale, stabilité de la région en particulier et du Burkina en général sont les souhaits du président des communautés étrangères vivant à Ziniaré. Venus des pays voisins mais également du Nigeria, du Tchad, Benoit Tocon représentant des Béninois a salué l’initiative et se voit mieux outillé, « ça va mieux aider surtout dans la conjugaison des efforts », a-t-il indiqué.

Les communautés étrangères vivant au Faso peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre le terrorisme, selon la Directeur Général de l’Intégration africaine Bernadette Nikiema. Elle explique ce fait par la dénonciation de tous les cas suspects. Plusieurs sous thèmes ont été développés lors de cet atelier parmi lesquels la cohésion sociale, lutte contre le terrorisme. Ces communautés invitent également l’ensemble de la population burkinabè sans distinction à promouvoir la paix et la cohésion à travers les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire