🔮 URGENT Burkina – 3 ans, c’est trop selon la CEDEAO

Avec notre envoyé spécial à Accra Lamine Traoré

Les chefs d’Etat de la CEDEAO disent ĂȘtre prĂ©occupĂ©s par la durĂ©e de la transition au Burkina fixĂ©e Ă  36 mois. Ils l’ont exprimĂ©, samedi, Ă  l’issue du double sommet CEDEAO/UEMOA.

Les chefs d’Etat rĂ©itĂšrent [leur prĂ©occupation quant Ă  la durĂ©e de la pĂ©riode de transition fixĂ©e Ă  36 mois par les autoritĂ©s BurkinabĂš, comme indiquĂ© dans son communiquĂ© publiĂ© le 25 mars 2022″, selon le communiquĂ© final.

Trois ans c’est trop pour la Cedeao et elle indique que le Burkina Faso doit proposer « un calendrier de transition beaucoup plus acceptable ».

En consĂ©quence, la CEDEAO dit rĂ©itĂ©rer « sa ferme condamnation du Coup d’Etat du 24 Janvier 2022 ». Elle maintien la suspension du Burkina Faso de toute ses instances.

La CEDEAO dans son communiquĂ© final annonce qu’elle va examiner la situation au Burkina Faso lors de son prochain sommet ordinaire le 3 juillet 2022.

Pour poursuivre le dialogue avec le Burkina, les chefs d’Etat ont dĂ©cidĂ© de nommer Mahamadou Issoufou, ancien prĂ©sident de la RĂ©publique du Niger, en tant que mĂ©diateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso, et ce, « afin de faciliter le dialogue entre toutes les parties prenantes », selon le communiquĂ© final.

Lamine Traoré, envoyé spécial à Accra

Laisser un commentaire