Burkina : « On ne fait pas un coup d’Etat pour venir faire un stage », l’Alliance Ensemble pour le Faso demande le retour des officiers à leurs postes d’origine

L’Alliance Ensemble pour le Faso qui regroupe le Mouvement SENS, l’APR-Tilgré, le PAREN, le PDS et le PUR s’est exprimé jeudi, sur « le péril démocratique » au Burkina Faso lors d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Me Guy Hervé Kam, président du Mouvement Sens a demandé au Chef de l’Etat de répondre aux exigences, sinon, insiste-il, « ce sera au tour du peuple de prendre ses responsabilités ». Aziz Diallo, n’y est pas passé par 4 chemins. Le Président du PDS a indiqué qu’« on ne fait pas un coup d’Etat pour venir faire un stage » et que le peuple n’a « aucune raison d’être patients », répondant à une question relative au délais de 5 mois donné par le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Damiba. Pour l’ancien maire de Dori, lorsqu’on fait un coup d’Etat, « c’est qu’on est prêt à apporter des solutions ».

L’Alliance a par ailleurs exigé « l’abrogation du décret illégal, illégitime et inopportun sur la rémunération des ministres » et exige que l’ex président Roch Kaboré puisse jouir « pleinement de sa liberté et de sa dignité, garanties par la constitution ». Le Mouvement SENS, le PUR, l’APR-Tilgré, le PAREN et le PDS a aussi lancé au pic au gouvernement sur la nomination de certains officiers à certains postes de responsabilités. Ces partis exigent « sans délai le retour de tous ces militaires dans leur poste d’origine pour assumer les responsabilités pour lesquelles ils ont été recrutés ».

Bernabé Kabré

Laisser un commentaire