Campagne agricole humide 2022-2023 : Plus de 5 millions de tonnes de céréales attendues

5 398 000 tonnes de céréales sont attendues pour la campagne agricole saison humide 2022-2023, selon ministère de l’Agriculture, des ressources animales et Halieutique qui a procédé au lancement officiel de la campagne agricole de saison humide 2022-2023, le vendredi 27 mai 2022 à Gourgou dans la commune de Tenkodogo dans la région du Centre-Est.

Cette cérémonie placée sous le thème : « Intégration des systèmes de productions agricole, pastorale et halieutique pour une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable au Burkina Faso » a également consacré le lancement du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel, phase 2 Burkina Faso (PRAPS 2-BF).

Pour la présente campagne qui s’annonce, il est également attendu, 1 798 000 tonnes de cultures de rente et 897 000 tonnes d’autres cultures vivrières. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement va accompagner les agriculteurs. A ce titre, environ 27.000 tonnes d’engrains minéraux, 4000 tonnes de Burkina phosphate, 3600 tonnes de semences de variétés améliorées seront mises à leur disposition à des prix subventionnés dans l’ensemble des 13 régions.

Outre cet appui, le gouvernement va accompagner également les agriculteurs en mettant à leur disposition 1138 équipements motorisés 1684 équipements attraction animale, 17.000 litres de produits phytosanitaires pour la production des cultures à des prix subventionnés dans l’ensemble des 13 régions. Des actions de renforcement de la résilience des productions agricoles sont également prévues au profit des acteurs du monde rural.

Pour atteindre les objectifs, des défis restent à relever, selon le président de la chambre nationale d’Agriculture Moussa Koné. « Le plus grand défi pour l‘Etat, c’est de mettre à la disposition des producteurs les engrais à bonne date. L’ensemble des grandes victimes du terrorisme sont les producteurs qui se sont retrouvés dans les grandes zones urbaines à cause de l’insécurité. Donc il va falloir que nous trouvons des solutions pour occuper de façon durable ces déplacés afin qu’ils soient productifs ».

Le président de la chambre nationale d’Agriculture souligne également des défis en lien avec l’accès en eau. « Nous allons continuer à faire un plaidoyer à l’endroit du ministère de l’agriculture pour que des dispositions soient prises pour que nous ne restons pas exclusivement à une agriculture pluviale », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel, phase 2 Burkina Faso (PRAPS 2-BF), sa première phase s’est déroulée de 2015 à 2021 et a obtenu des résultats probants, selon son coordonnateur. PRAPS 2-BF a pour objectif d’améliorer la résilience des pasteurs et des agropasteurs dans certaines zones ciblées de la région du Sahel. Il va durer six ans et couvre 11 régions du Burkina. Cette deuxième phase du projet innove par le contrôle de médicaments vétérinaires, la production fourragère, la délivrance de documents d’identité et professionnelles aux acteurs, selon le Chargé du Projet, Souleymane Pindé.

Ibrahim Bayili

Laisser un commentaire