🔮 Burkina et Mali – La situation sĂ©curitaire s’est dĂ©gradĂ©e (Bazoum au Sommet de l’UA)

A l’occasion de la 16Ăšme Session Extraordinaire de la ConfĂ©rence de l’Union Africaine sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique ce samedi 28 mai Ă  Malabo, le PrĂ©sident du Niger Mohamed Bazoum a dĂ©plorĂ© la dĂ©gradation de la situation sĂ©curitaire au Burkina et au Mali Ă  la suite des coups d’Etat intervenus respectivement dans chacun de ces pays. Les armĂ©es de ces deux pays se sont affaiblies et il y a un risque que les auteurs des coups d’Etat s’Ă©ternisent au pouvoir, a-t-il dĂ©clarĂ©.

« (…) Les effets du terrorisme ont un potentiel d’impact encore plus fort dans la dĂ©stabilisation des institutions Ă©tatiques. Les changements anticonstitutionnels survenus au Mali en aoĂ»t 2020 et au Burkina Faso en janvier 2022 sont une consĂ©quence des victoires remportĂ©es par les terroristes sur les armĂ©es de ces deux pays. Pour lĂ©gitimer leur action les auteurs des coups d’Etat ont invoquĂ© le dĂ©sarroi des populations face Ă  cette agression terroriste brutale et la dĂ©solation qu’elle a provoquĂ©e. Dans leur narratif justifiant leur intervention les militaires ont promis une victoire rapide sur le terrorisme d’une part et la promotion d’une gouvernance frappĂ©e au coin de la vertu d’autre part.

Dans les deux pays la situation sĂ©curitaire s’est plutĂŽt dĂ©gradĂ©e depuis lors et la promesse des changements dans la gouvernance tarde Ă  se manifester. En vĂ©ritĂ© l’arrivĂ©e des militaires Ă  la tĂȘte de ces deux pays a eu pour effets d’affaiblir leurs armĂ©es respectives mises sens dessus dessous, d’isoler ces pays Ă  un degrĂ© plus ou moins important de la communautĂ© internationale et d’affecter leur coopĂ©ration financiĂšre et militaire avec celle-ci. Tous ces facteurs ont objectivement diminuĂ© leurs capacitĂ©s et rĂ©duit leurs chances de l’emporter contre le terrorisme.

Quand par ailleurs on sait que les militaires conditionnent la durĂ©e de leur pouvoir Ă  la fin totale du terrorisme sur leurs territoires, on peut affirmer sans risque de se tromper qu’ils envisagent de se maintenir en place pendant longtemps. Cette tentation Ă©ternitaire est porteuse de risques graves auxquels ces deux pays, s’ils ne prennent garde, sont condamnĂ©s Ă  succomber Ă  plus ou moins longue Ă©chĂ©ance (…) ».

L’intĂ©gralitĂ© du discours sur le site de la prĂ©sidence du Niger👇

https://bit.ly/3t1qrtm

Article précédentCampagne agricole humide 2022-2023 : Plus de 5 millions de tonnes de céréales attendues
Article suivantBurkina le 18h 15 du 28 mai
Lamine TraorĂ© est journaliste depuis prĂšs d’une dizaine d’annĂ©es. Il a intĂ©grĂ© Radio OmĂ©ga en 2013, la principale radio privĂ©e d’information au Burkina. Ce reporter qui a plusieurs fois dirigĂ© le service multimĂ©dia, est aujourd’hui l’un des rĂ©dacteurs de la radio. TrĂšs polyvalent, en radio, au web comme en tĂ©lĂ©vision, Lamine TraorĂ© est confirmĂ© en mars 2018 Correspondant de la Voix de l’AmĂ©rique (VOA Afrique) / Service Afrique francophone. Depuis lors, il rĂ©alise des reportages aussi bien pour la radio que pour la tĂ©lĂ©. Lamine TraorĂ© a beaucoup voyagĂ© et a rĂ©alisĂ© des reportages en Afrique, en Europe et en Asie.

Laisser un commentaire