🔮 ALERTE – RĂ©gion de l’Est – Environ 80 personnes tuĂ©es en moins de deux semaines

Une cinquantaine de morts civils annoncĂ©s ce mercredi, 17 autres tuĂ©s le 14 mai et 11 militaires tombĂ©s le 19 mai. Cela fait au total environ 80 morts en l’espace de deux semaines Ă  Madjoari.

Pour ce qui est de la derniĂšre attaque, c’est un vĂ©ritable massacre qui s’est dĂ©roulĂ© au niveau du pont Singou.

Ces habitants de Madjoari, « sous la menace terroriste », pour reprendre les termes du communiquĂ© du gouverneur de la rĂ©gion de l’Est, le colonel Hubert YamĂ©ogo, tentaient de rejoindre Nadiagou, dans la commune de Pama [lorsqu’ils] ont Ă©tĂ© pris pour cible aux environs du pont Singou par des hommes armĂ©s.

« AprĂšs avoir libĂ©rĂ© les femmes et certaines personnes ĂągĂ©es, nous Ă©tions prĂšs d’une soixantaine de personnes », a expliquĂ© Ă  OmĂ©ga un rescapĂ© de l’attaque. « Ils nous ont attachĂ©. Nous convoyer par tricycle dans leur camp », indique-t-il. « Ils ont exĂ©cutĂ© de nombreux tirs de sommation », a ajoutĂ© ce rescapĂ©.

« J’ai pu, avec deux autres frĂšres fuir. Dans leur sommeil, nous avons pu nous dĂ©tacher et fuir », a dit le rescapĂ©.

« Toutes les personnes arrĂȘtĂ©es ont Ă©tĂ© exĂ©cutĂ©es », indique un autre rescapĂ© Ă  OmĂ©ga. « Ils ont exĂ©cutĂ© par balle. J’ai reçu une balle en pleine face. Ils ont cru que j’étais mort. C’est aprĂšs que j’ai pu m’échapper », affirme-t-il.

Il y a quelques jours, le 14 mai, 17 personnes ont été tuées et 7 autres blessées toujours à Madjoari, a révélé le communiqué du gouverneur.

Plus rĂ©cemment, le 19 mai, cette fois-ci, ce sont 11 militaires qui ont Ă©tĂ© tuĂ©s et 20 autres blessĂ©s dans l’attaque du dĂ©tachement militaire de Madjoari, a rappelĂ© le gouverneur.

Un total d’au moins 78 personnes tuĂ©es en moins de deux semaines dans cette partie du pays. MĂȘme si le gouverneur rassure, pour l’attaque de ce mercredi, que des actions de sĂ©curisation sont en cours afin de ramener la quiĂ©tude, les populations de l’Est, elles sont dĂ©semparĂ©es, ne sachant plus Ă  quel saint se vouer. « Nous nous n’avons plus rien Ă  dire. Nous ne savons plus quoi faire », a laissĂ© entendre Ă  OmĂ©ga, un ancien Ă©lu de la localitĂ© qui a trouvĂ© refuge Ă  Ouagadougou.

Lamine Traoré

Article précédentBurkina le 18h 15 du 26 mai
Article suivantSujet Ă  la Une du 26 mai 2022
Lamine TraorĂ© est journaliste depuis prĂšs d’une dizaine d’annĂ©es. Il a intĂ©grĂ© Radio OmĂ©ga en 2013, la principale radio privĂ©e d’information au Burkina. Ce reporter qui a plusieurs fois dirigĂ© le service multimĂ©dia, est aujourd’hui l’un des rĂ©dacteurs de la radio. TrĂšs polyvalent, en radio, au web comme en tĂ©lĂ©vision, Lamine TraorĂ© est confirmĂ© en mars 2018 Correspondant de la Voix de l’AmĂ©rique (VOA Afrique) / Service Afrique francophone. Depuis lors, il rĂ©alise des reportages aussi bien pour la radio que pour la tĂ©lĂ©. Lamine TraorĂ© a beaucoup voyagĂ© et a rĂ©alisĂ© des reportages en Afrique, en Europe et en Asie.

Laisser un commentaire