Burkina-Campagne cotonnière 2022-2023 : le prix d’achat du coton graine en hausse de 11% par rapport à la campagne précédente (AICB)

Burkina-Campagne cotonnière 2022-2023 : le prix d'achat du coton graine en hausse de 11% par rapport à la campagne précédente (AICB)

L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a dévoilé jeudi au cours d’une conférence de presse le prix d’achat du coton graine ainsi que le prix de cession des intrants pour la campagne cotonnière 2022-2023.

Pour cette campagne, l’AICB a indiqué que le prix d’achat du coton fixé à 300FCFA/KG pour le premier choix et 275 FCFA/KG pour le second choix. Par rapport à la campagne précédente, ce prix est en hausse de 11%. Selon le secrétaire Général de l’AICB Louis Yanzon Yé, pour l’achat du coton graine conventionnel, l’assemblée général a tenu compte de l’évolution des prix sur le marché international. Ils sont de l’ordre de 300F CFA /KG pour le coton graine premier choix et de 275 FCFA/KG pour le coton graine deuxième choix.

En ce qui concerne les prix des intrants dits essentiels pour la culture du coton conventionnel, ils varient entre 806 francs Cfa à 16 000 francs CFA le sac de 30 à 50 kg. Selon l’AICB, ces niveaux de prix ont été obtenus grâce à un soutien de l’Etat. En effet, le prix de cession des intrants agricoles a obtenu une subvention de 72,8milliards de F CFA de l’Etat Burkinabé auquel vient s’ajouter la contribution des autres membres de l’AICB qui sera d’au moins #4milliards de FCFA.

L’AICB s’est aussi prononcé sur les performances de la campagne cotonnière précédente. Ainsi donc, elle juge cette campagne satisfaisante avec une hausse de 5% de la production mais note tout de même une baisse de rendement de 2%. Cela est due selon l’AICB à la situation sécuritaire qui a engendré un déplacement massif de certains producteurs.

« Il faut savoir que la zone la plus touchée demeure la zone Est du Burkina. Au niveau du bassin ouest, on a plutôt constaté une augmentation donc du nombre des exploitations. Au niveau centre la baisse a été moindre. Par contre au niveau Est la baisse est passée de 69 000 producteurs au niveau de la campagne 17 et 18 au début des difficultés des attaques terroristes pour se retrouver avec 27 000 exploitations », a déclaré Ali Compaoré secrétaire à l’information de AICB.

Valérie Gueré et Maimouna Konaté.

Laisser un commentaire