🔮 Une journaliste d’al-Jazeera tuĂ©e lors d’affrontements en #Cisjordanie

Avec AFP

Paris a «exigé» une enquĂȘte sur la mort «profondĂ©ment choquante» de Shireen Abu Akleh, qui couvrait des affrontements dans le secteur de JĂ©nine en Cisjordanie occupĂ©e.

La journaliste Shireen Abu Akleh, une des plus connues de la chaĂźne arabe Al-Jazeera, a Ă©tĂ© tuĂ©e par balle mercredi 11 mai au matin alors qu’elle couvrait une opĂ©ration de l’armĂ©e israĂ©lienne dans un secteur tendu de la Cisjordanie occupĂ©e.

Un photographe de l’AFP sur place a fait Ă©tat des tirs de l’armĂ©e israĂ©lienne et a vu le corps de la reporter qui portait un gilet pare-balles sur lequel Ă©tait inscrit le mot «presse». Il a indiquĂ© ne pas avoir vu de miliciens palestiniens Ă  proximitĂ© de la scĂšne oĂč la journaliste a Ă©tĂ© tuĂ©e.

Palestinienne, chrĂ©tienne, ĂągĂ©e d’une cinquantaine d’annĂ©es et ayant aussi la nationalitĂ© amĂ©ricaine, Shireen Abu Akleh avait travaillĂ© Ă  «La Voix de la Palestine», Radio Monte-Carlo, avant de rejoindre la chaĂźne al-Jazeera, oĂč elle s’est fait connaĂźtre Ă  travers le Moyen-Orient pour ses reportages sur le conflit israĂ©lo-palestinien. En milieu de journĂ©e, des Palestiniens dĂ©posaient des fleurs aux abords de la route au passage de la voiture transportant sa dĂ©pouille dans le nord de la Cisjordanie occupĂ©e, a constatĂ© un journaliste de l’AFP.

Une balle «au visage»

Dans un communiquĂ©, la chaĂźne al-Jazeera a affirmĂ© que Shireen Abu Akleh a Ă©tĂ© tuĂ©e «de sang-froid» par les forces israĂ©liennes. «Al-Jazeera condamne ce crime odieux, qui a pour objectif d’empĂȘcher les mĂ©dias de faire leur travail», a indiquĂ© la chaĂźne qatarie, appelant la communautĂ© internationale Ă  «tenir pour responsables les forces d’occupation israĂ©liennes pour avoir intentionnellement ciblĂ© et tuĂ© Shireen», qui a reçu une balle «au visage» selon les autoritĂ©s qataries.

IsraĂ«l a offert aux Palestiniens une «enquĂȘte conjointe» sur la mort de la journaliste, a dĂ©clarĂ© son ministre des Affaires Ă©trangĂšres, YaĂŻr Lapid. Le gouvernement palestinien a appelĂ© Ă  une «enquĂȘte internationale» sur la mort de la journaliste, a indiquĂ© Ă  l’AFP son porte-parole, Ibrahim Melhem, alors que le prĂ©sident Mahmoud Abbas avait de son cĂŽtĂ© accusĂ© le «gouvernement israĂ©lien d’ĂȘtre entiĂšrement responsable» du dĂ©cĂšs de Shireen Abu Akleh.

L’ambassadeur amĂ©ricain en IsraĂ«l Tom Nides a quant Ă  lui appelĂ© Ă  une «enquĂȘte approfondie» sur la mort de la journaliste «amĂ©ricano-palestinienne», aussi condamnĂ©e par l’Ă©missaire de l’ONU au Proche-Orient, Tor Wennesland. La France a quant Ă  elle «exigé» dans la journĂ©e «qu’une enquĂȘte transparente s’engage dans les meilleurs dĂ©lais pour faire toute la lumiĂšre sur les circonstances de ce drame», selon les mots de la porte-parole du ministĂšre des Affaires Ă©trangĂšres dans un point de presse Ă©lectronique.

Laisser un commentaire