🔮 Burkina Perkoa – Le gouvernement et les parents des victimes se dĂ©marquent des agissements des Organisations de la sociĂ©tĂ© civile du SanguiĂ©

Avec notre envoyé spécial Lamine Traoré

 

PrĂšs d’un mois que 8 travailleurs de la mine souterraine de Perkoa sont piĂ©gĂ©s Ă  plusieurs centaines de profondeurs suite Ă  une inondation, des organisations de la sociĂ©tĂ© civile de la province du SanguiĂ© ont voulu organiser une marche pour dĂ©noncer la lenteur du gouvernement et de la mine dans les opĂ©rations de sauvetage.

« Certaines organisations de la sociĂ©tĂ© civile nous ont contactĂ© qu’elles veulent organiser des marches », confie Ă  OmĂ©ga Antoine Bama, le porte-parole des familles des victimes. « Nous avons dit qu’en tant que parents des victimes, nous ne sommes pas partants pour organiser des marches », a-t-il dit. « AprĂšs elles ont fait des dĂ©clarations et ont voulu qu’on signe ces dĂ©clarations », a-t-il poursuivi. « Nous avons refusé », note M. Bama. « Tant que nos frĂšres sont toujours bloquĂ©s, nous prĂ©fĂ©rons accompagner pour que nos frĂšres puissent sortir. Nous ne sommes pas partants pour des marches », a-t-il assurĂ©.

Antoine Bama, porte-parole des familles des victimes

« Organiser une marche, ce sont des heures de travail qui seront perdues. Ce qui nous intĂ©resse, c’est comment faire pour que nos frĂšres puissent sortir. Nous nous concentrons sur comment sortir nos frĂšres », explique Antoine Bama.

Dans une dĂ©claration datĂ©e du 5 mai, plus d’une dizaine d’organisations de la sociĂ©tĂ© civile de la province ont demandĂ© entre autres au gouvernement de « mobiliser davantage de moyens de secours pour accĂ©lĂ©rer les recherches, [de] prendre en main les opĂ©rations de recherches en vue de pallier Ă  l’incapacitĂ© avĂ©rĂ©e de la mine Ă  donner des rĂ©sultats probants depuis maintenant 20 jours [d’]ouvrir, si ce n’est dĂ©jĂ  fait, une enquĂȘte administrative indĂ©pendante pour situer les responsabilitĂ©s et sanctionner les auteurs et complices Ă  la hauteur de leur forfait, [de] donner les moyens nĂ©cessaires Ă  la justice pour mener Ă  bien l’enquĂȘte judiciaire ouverte Ă  la suite de la plainte des familles des travailleurs ».

« C’est une pure affabulation », s’indigne le porte-parole du gouvernement joint par OmĂ©ga. « Le gouvernement s’inscrit en faux face Ă  ces propos et trouve dommage qu’au moment oĂč la solidaritĂ© brille de mille feu du cĂŽtĂ© de la province du SanguiĂ© pour retrouver [les] 8 frĂšres, certaines personnes aux agendas cachĂ©s s’adonnent Ă  de telles dĂ©clarations », explique Lionel Bilgo.

« Il y a des moments oĂč le bon sens commande de prendre de la hauteur mais malheureusement vous aurez toujours des personnes qui, parce que n’ayant pas compris que l’enjeu est collectif oĂč qu’ayant des agendas cachĂ©s, s’adonnent Ă  des agitations sans bĂ©nĂ©fice pour la lutte du moment », a terminĂ© le porte-parole du gouvernement.

Le ministre du Travail Bassolma BaziĂ© a rassurĂ©, dimanche, que les Ă©quipes de sauvetage ont presqu’atteint la deuxiĂšme chambre de refuge. AprĂšs la premiĂšre chambre de refuge oĂč les Ă©quipes n’ont trouvĂ© personne, parents de victimes et autoritĂ©s fondent leur espoir sur cette deuxiĂšme chambre de refuge.

Bassolma Bazié, ministre du Travail

« Les machines qui ont Ă©tĂ© annoncĂ©es et qui sont descendues dans les galeries, nous avons constatĂ© que ces machines fonctionnent et poursuivent le pompage de l’eau », avait indiquĂ© le Bassolma BaziĂ©. « Mais c’est jusqu’à deux voies de pompage jusque-lĂ . Les autres machines qui sont commandĂ©es c’est de travailler pour qu’il y ait une troisiĂšme voie de pompage », a-t-il poursuivi.

Le ministre BaziĂ© avait expliquĂ© que le pompage a mis beaucoup de temps parce qu’il y avait beaucoup de jonctions et d’intersections. « Une intersection dans une galerie, c’est lĂ  oĂč il y a la voie principale mais il y a aussi des voies secondaires. Quand vous arrivez sur une intersection, en puisant l’eau, l’eau qui a envahi les voies secondaires revient. Cela fait que pour progresser c’est trĂšs difficile », avait dĂ©clarĂ© Bassolma BaziĂ©.

Et selon les informations de OmĂ©ga, deux pompes sont arrivĂ©es lundi d’Afrique du Sud pour complĂ©ter la chaĂźne. AprĂšs installation, la troisiĂšme ligne de pompage sera fonctionnelle les prochaines heures.

 

Lamine Traoré, envoyé spécial

Laisser un commentaire